jeudi 9 avril 2020
A VOIR

|

Attaque à Moorea : le parata, un requin inquisiteur et imprévisible

Publié le

Lundi, une jeune femme a été attaquée par un requin parata lors d’une sortie snorkeling au large de Moorea. Focus sur le comportement de ces requins que l’on a souvent tendance à mésestimer. Quelles particularités ont t-il ? Représentent-ils un véritable danger pour l'homme ?

Publié le 22/10/2019 à 17:59 - Mise à jour le 23/10/2019 à 16:08
Lecture 2 minutes

Lundi, une jeune femme a été attaquée par un requin parata lors d’une sortie snorkeling au large de Moorea. Focus sur le comportement de ces requins que l’on a souvent tendance à mésestimer. Quelles particularités ont t-il ? Représentent-ils un véritable danger pour l'homme ?

Le parata est un prédateur sauvage très inquisiteur, au comportement imprévisible. En Polynésie, les pêcheurs sont souvent confrontés à la présence des squales. Le requin à pointe blanche océanique, ils le connaissent bien et s’en méfient depuis des générations. « C’est un requin qui est souvent au large et rarement dans les passes. Il est assez charognard et suit toujours des bancs de globicéphales ou des grosses baleines. Il se nourrit de leurs déjections. Il mange tout et attaque tout. C’est l’un des requins que les Polynésiens craignent le plus au large avec le requin citron. Au large, ils attaquent souvent. Si on le voit nager à mi-hauteur et tourner souvent, en général, le Polynésien monte dans sa bateau et s’en va. C’est que le requin est dangereux. Quand il est au fond, c’est qu’il se balade, il n’y a rien à craindre en général » explique Claude Davio, pêcheur professionnel.

Alors que s’est-il passé hier à Moorea lors de l’attaque ? Aucune réponse pour le moment, mais une certitude, le risque zéro n’existe pas dès lors que l’on s’aventure dans l’océan où les requins sont chez eux. Pour Olivier Bétrémieux, membre de l’association Mata Tohora et ancien guide de mise à l’eau, il est important de sensibiliser le public : « On fait un briefing avant d’aller dans l’eau. Je pense que tout le monde rappelle qu’on est pas dans zoo mais dans l’océan, et c’est vrai, encore une fois, avec les prestataires de Moorea, et je pense qu’ils le font tous, qu’ils préviennent qu’on peut voir des animaux comme des requins. Mais malgré des comportements adaptés, cela reste un prédateur, un animal sauvage et imprévisible. Il est très inquisiteur dans l’eau. Sa vie, c’est manger et se reproduire, dès qu’il y aura un bruit au large ou quoique ce soit, il va se rapprocher et venir voir (…) Avec le parata, il vaut mieux ne pas bouger quand on le voit pour qu’il perde son intérêt et qu’il finisse par s’en aller. Ce que j’ai appris avec le temps et ce que tous les prestataires m’ont appris, c’est qu’il faut leur faire face, ne jamais leur tourner le dos et rester très calme dans l’eau. (…) On a tendance à oublier que c’est un requin qui mange les naufragés ».

La dernière attaque d’un parata en Polynésie remonte à 1972. Une enquête a été ouverte pour connaitre les circonstances du drame lors de cette sortie privée. Les conclusions de l’enquête sont très attendues par le ministère de l’Environnement et la Diren. En attendant, ces derniers appellent à la plus grande vigilance.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV