mercredi 12 août 2020
A VOIR

|

Arue : les apprentis cultivateurs vendent leurs produits bio

Publié le

Publié le 21/10/2015 à 16:32 - Mise à jour le 21/10/2015 à 16:32
Lecture 2 minutes

Ce jeudi, jusqu’à 14 heures, le premier marché bio était organisé dans les jardins de la mairie de Arue. Les produits des jardins partagés de la communes ont rencontrés un fort succès.
Les habitants ont pu découvrir et goûter les cultures. Une vente directe du producteur au consommateur était organisée. Un stand et des étales chargées de légumes étaient disposés dans les jardins de la mairie.
Il s’agit ici de la première vente des cultivateurs des jardins partagés de Arue. 7 résident du lotissement social de Erima, aux revenus faibles ou sans revenus, ont été formés à l’agriculture bio.
Tahia Tetaria, l’une des cultivatrices confie : « c’est ma première année au jardin partagé de Erima. J’apprend à faire la cuisine et à planter des choses que les gens n’ont pas l’habitude de manger« .

Dorothy Tuheiava employée de la mairie est rentrée avec des aromates et des légumes. C’est sa façon de soutenir ces familles en difficulté. Les prix étaient abordables. Les bénéfices de cette journée ne permettrons pas aux cultivateurs de prévoir de grosses dépenses, mais cette aide financière n’est pas négligeable.
Tahia Tataria explique que : « ça ma rapporté 5000 Fcfp. C’est déjà ça, parce que j’ai une petite fille. Et avec ça, je vais déjà pouvoir payer la cantine de ma petite fille. »

Au delà de ces ventes au public, les jardins partagés permettent à ces familles de se nourrir. Chaque jour, chacun vient entretenir sa parcelle. Ce projet financé par la commune à hauteur de 5 millions Fcpf porte doucement ses fruits. Même si les stagiaires manquent parfois d’assiduité.

Rédaction web (Reportage de Maite Mai et Manava Tepa)

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Fermeture des boîtes de nuit : « un coup de...

Nouveau coup dur pour les propriétaires des discothèques de Papeete. Avec la recrudescence du nombre de cas de Covid-19, les autorités du Pays et de l’État ont annoncé la fermeture des boîtes de nuit du 12 au 25 août inclus. Ces espaces clos sont considérés comme propices au non-respect de la distanciation sociale et donc à une forte propagation du virus. Une décision injuste selon le syndicat des bars et dancings.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV