vendredi 7 août 2020
A VOIR

|

Aranui 5 – Plus de 200 touristes découvrent Mangareva

Publié le

Publié le 16/01/2019 à 16:35 - Mise à jour le 16/01/2019 à 16:35
Lecture 2 minutes

Au village de Rikitea, on ne déroge pas à la règle, un collier de fleurs et de la musique accueillent les touristes à leur arrivée sur Mangareva. Le bateau n’a pas pu accoster à quai, alors les passagers sont débarqués à l’aide de barges. Au milieu des toere, taeri parau et faakete, résonne un son métallique : celui d’une caisse qui accompagne les orchestres traditionnels de Mangareva.
 
Un son que l’on retrouve aussi dans les représentations de danses typiques de l’île. Ici, pas de tamure ou de aparima, mais une danse traditionnelle qui a traversé les âges : le pe’i, une danse à la chorégraphie simple et au rythme répétitif. « On a voulu donner quelques chose de mangerévien. je suis très fier de ma culture et je pense qu’on a donné de notre mieux aujourd’hui » explique Dany Paheo, chef d’orchestre de la troupe Takura.

Une représentation organisée au pied de la cathédrale Saint Michel, le plus ancien monument de Polynésie qui trône au milieu du village de Rikitea. « C’est une belle découverte car ce sont des îles difficiles d’accès, même pour beaucoup de monde à Tahiti. Peu de personnes viennent aux Gambier, encore moins à Rapa et à Pitcairn. C’est une occasion inespérée dans des conditions inoubliables » déclare l’un des touristes.

Si ce voyage est une opportunité pour les voyageurs, il l’est également pour les habitants de l’île. « C’est une très bonne idée car cela nous permet d’avoir des touristes ici. Cela a permis aux artisans de l’île d’ouvrir leurs stand, et de promouvoir l’archipel des Gambier et de découvrir notre histoire » dit Pierre Paeamara, agent administratif.
 
Et pour compléter cette découverte de Mangareva, les 215 passagers ont ensuite été invités à goûter aux spécialités culinaires de l’archipel.
 

Rédaction web avec Moea Pierron et Aivanaa Ruamutu

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Raromatai : le programme « Faito tano » pour...

Aux îles Sous-le-Vent comme partout en Polynésie, le surpoids est un problème récurrent. Et c’est pour tenter d’enrailler ce fléau, qu’à Raiatea,...

Moehana Vanaa, passionnée de cirque : de Moorea à Montréal

Moehana Vanaa est une jeune adolescente qui souhaite vivre de sa passion : le cirque. Une passion peu commune sur le fenua et qui va l’amener dans quelques mois à suivre une formation poussée dans une des meilleures écoles de cirque du monde à Montréal au Canada.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV