mardi 14 juillet 2020
A VOIR

|

Après Noël, l’heure est à la revente des cadeaux

Publié le

Publié le 25/12/2018 à 15:58 - Mise à jour le 25/12/2018 à 15:58
Lecture 2 minutes

Dans le centre-ville de Papeete, c’est l’affluence en ce lendemain de Noël. Si beaucoup de clients sont des retardataires et achètent encore de quoi gâter leur famille, d’autres sont là pour ramener leurs cadeaux : « Souvent, c’est un problème de taille » explique Jessie Thornton, une commerçante.

Mais rendre un article n’est pas toujours possible. S’il est défectueux, la loi oblige les commerçants à le réparer ou à l’échanger contre un neuf, c’est ce qu’on appelle la garantie légale de conformité. En revanche, si c’est un problème de taille ou de goût, les commerçants ont le droit de refuser l’échange.

La plupart des commerçants acceptent cependant d’échanger l’article contre un « avoir », mais à certaines conditions : « Il ne faut pas venir après trois semaines, mais sept jours. Et le produit doit encore être emballé afin qu’on puisse le revendre » précise une autre commerçante, Melissa Opura. Sans oublier le ticket de caisse, indispensable. Mais pour ceux qui ne l’ont pas, pas de panique, il suffit d’opter pour une mode de plus en plus répandue : la revente des cadeaux sur Internet.

« On va passer d’une moyenne de 500 nouvelles annonces à la journée à un pic de 700 annonces » déclare Steeve Hamblin, directeur du site petitesannonces.pf. Parmi les articles les plus proposés en ce moment, des jeux et jouets pour enfants, du matériel audio, des bateaux et des scooters… Autant en neuf qu’en occasion. 

Ces ventes permettent de faire une rentrée d’argent des plus bienvenues en cette période de fin d’année. « C’est aussi une démarche écologique car cela évite de jeter à la poubelle du matériel qui peut continuer à fonctionner » poursuit Steeve Hamblin.

Rédaction web avec Tamara Sentis et Jeanne Tinorua Tehuritaua

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Tubuai : l’otarie retrouvée faible et amaigrie, a été...

L'otarie très jeune, a été recueillie faible, déshydratée et très amaigrie. L'animal présentait une blessure sur chaque oeil. Il s'agit d'un mâle...

Les États-Unis se retirent officiellement de l’OMS

Le président Donald Trump a retiré officiellement les États-Unis de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS); qu'il accuse d'avoir tardé à réagir face à la pandémie de coronavirus, ont indiqué mardi des responsables américains.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV