mardi 20 août 2019
A VOIR

|

Après les fêtes, c’est l’heure de la détox !

Publié le

Publié le 09/01/2019 à 15:56 - Mise à jour le 09/01/2019 à 15:56
Lecture 2 minutes

Un smoothie au petit-déjeuner, une salade au déjeuner et une soupe pour le dîner… voici le menu type d’une cure détox. Pendant quatre jours Camille dépose quotidiennement à ses clients l’équivalent de trois repas. Des menus 100% naturels et à base de végétaux, sans conservateurs et sans additifs, mais pleins de vitamines, minéraux et antioxydant. “Que des matières naturelles, faciles à digérer, pour permettre au curiste de nettoyer son organisme, de reposer son organisme, tout cela en mangeant et de se rendre compte qu’en fait, il va revenir à un état de fonctionnement un peu plus naturel.”

Car cette cure ne sert pas à maigrir, elle n’efface pas non plus tous les stigmates d’une vie d’excès, mais elle peut servir de déclencheur pour intégrer de nouvelles habitudes alimentaires et prendre davantage soin de soi. “Ce n’est pas une solution miracle. En revanche, après de gros repas comme les fêtes qu’on vient d’avoir, avec des repas très riches, très gras avec beaucoup de protéines et moins de fibres, ça peut permettre un vrai nettoyage.”

D’autant que Camille travaille autant que possible avec des produits locaux et bio. Elle espère même, d’ici quelques mois, confectionner une partie de ses cures grâce aux productions de son fa’a’apu ! “La chaîne est vraiment complète. On plante avec les enfants, on fait grandir, on cueille, on prépare, et tout ce qu’on épluche repart au jardin.”

D’après les nutritionnistes, cette formule est déconseillée aux enfants et aux personnes diabétiques, mais elle peut être utilisée par tous les autres, sans créer de carences ou de fatigue. On peut même faire du sport ! “La cure permet d’avoir une activité douce de 30 minutes par jour. Ce qui est recommandé et nécessaire pour naturellement, détoxifier. On garde son énergie. Elle est redistribuée autrement. Avec la cure, au lieu de passer des heures et des heures à digérer, puisque tout est naturel, la digestion se fait plus facilement, elle est moins difficile. Du coup on se retrouve avec une énergie disponible, à faire autre chose. Beaucoup de clients me disent qu’ils se sentent plus concentrés, ont l’esprit plus lucide.”

Comptez environ 14 000 Fcfp pour une cure de 4 jours. 
 

Rédaction web avec Tamara Sentis

Laissez un commentaire

épidémie de dengue

DOSSIERS DE LA REDACTION

Le recyclage des déchets numériques en Polynésie

Comment recycler vos déchets électriques et électroniques ? Que deviennent-ils ? Qui finance les collectes ? Autant de questions essentielles pour notre environnement. Depuis le mois de juin, des opérations menées par Fenua Ma ont permis de récolter près de 30 tonnes de déchets auprès des particuliers. Un défi à relever pour la planète, mais qui n’est pas facile à mener.

Animaux errants, divagants… que font les communes pour endiguer le problème ?

Les animaux errants incarnent un souci permanent pour les Tavana à la recherche de solutions. À Bora Bora, une vaste campagne de stérilisation a été lancée en 2016, et cette année, l’île s’est aussi dotée d’un chenil géré par l’association "Bora Bora animara".

Dossier : tout sur l’allocation de rentrée scolaire

20 000 foyers ont reçu depuis jeudi dernier l’Allocation de rentrée scolaire (ARS) versée par la CPS. Cette aide financière est souvent indispensable pour les ménages les plus modestes. 35000 enfants de 2 à 21 ans vont pouvoir toucher entre 5000 et 24000 Fcfp pour acheter des fournitures scolaires. A qui s’adresse l’ARS ? A quel montant peut-on prétendre ? Réponses dans notre dossier :

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.