jeudi 6 octobre 2022
A VOIR

|

Après le féminicide de Bora Bora, le Conseil des femmes appelle à la solidarité

Publié le

"Tolérance 0", c’est le mot d’ordre du bureau d’urgence organisé par le Conseil des femmes de Polynésie, suite au féminicide qui s’est produit en début de semaine. Pour souligner la nécessité de l'éveil des consciences, le Conseil organise un grand rassemblement vendredi soir sur la place Paofai.

Publié le 01/09/2022 à 9:35 - Mise à jour le 02/09/2022 à 10:39
Lecture < 1 min.

"Tolérance 0", c’est le mot d’ordre du bureau d’urgence organisé par le Conseil des femmes de Polynésie, suite au féminicide qui s’est produit en début de semaine. Pour souligner la nécessité de l'éveil des consciences, le Conseil organise un grand rassemblement vendredi soir sur la place Paofai.

Le Conseil des Femmes de Polynésie s’est réuni mercredi matin. Cette réunion d’urgence a été organisée suite au féminicide qui a eu lieu en début de semaine à Bora Bora. Vingt associations œuvrent aujourd’hui ensemble pour améliorer les conditions et les droits des femmes au fenua.

“Aujourd’hui, il faut qu’on se solidarise, il faut éradiquer tous ces actes de violences. C’est ensemble, avec les instances dirigeantes, les instances religieuses, les instances civiles… Il faut qu’on se donne la main”, avance Chantal Galenon, présidente du Conseil.

En Polynésie, le constat est alarmant : tous les jours, au moins 3 femmes sont battues, selon le Conseil des femmes de Polynésie et les chiffres du Haut-Commissariat de la République en Polynésie française. Cela revient à une moyenne de 1 200 violences faites aux femmes par an.

Un long chemin reste encore à parcourir, mais les associations ne perdent pas espoir, comme le souligne Michelle Mou Sing, représentante de l’association tamarii no bora bora : “Il faut vraiment sensibiliser tout le monde. Il faut que chaque famille, chaque foyer, chaque parent éduque leur enfant”.

“Nous sommes persuadées que c’est avec l’éducation que nous pouvons ouvrir l’esprit des femmes, qu’elles comprennent qu’elles ont des droits, et qu’on les respecte”, conclut Chantal.

Un grand rassemblement sera organisé vendredi soir sur la place Paofai afin de lutter pour cette cause. Il est ouvert à tous. Une marche, des chants et des prières sont prévues à partir de 17 heures 30.   

infos coronavirus