dimanche 23 janvier 2022
A VOIR

|

Appel à la vigilance pour la saison des pluies

Publié le

Sébastien Hugony, météorologue à Météo-France Polynésie, était l'invité du journal.

Publié le 06/01/2022 à 10:51 - Mise à jour le 06/01/2022 à 10:51
Lecture 3 minutes

Sébastien Hugony, météorologue à Météo-France Polynésie, était l'invité du journal.


TNTV : Que s’est-il passé concrètement dans la vallée de la Papenoo, suite au drame survenu. Qu’est-ce qui explique cette crue soudaine ?
Sébastien Hugony, météorologue à Météo-France Polynésie : “C’est un développement explosif et très localisé d’un nuage. Un nuage s’est accroché au relief, et avec des effets de convection, il s’est transformé en cumulonimbus, les nuages de type orage, et dans ce type de nuage, il y a de fortes pluies. Ce phénomène s’est passé en une heure de temps. À midi, ce nuage s’est développé, à midi 30 il a commencé à pleuvoir de façon très localisée sur les sommets de la vallée de la Papenoo.”

Cela veut dire que si on a l’impression qu’il fait beau, finalement, au cœur de la vallée, ce n’est pas le cas ?
“Oui, ce n’est pas le cas, et cela se passe souvent les averses sur le relief. Là, c’était très localisé et intense. Une intensité à peu près de 80 litres par mètre carré de pluie en une heure. Et en fait, toute cette eau descend vers la rivière -donc c’est un bassin versant- de la Vaituaru, et va déclencher une crue brutale, puisque les pentes de ces montagnes sont très abruptes.”

Il n’est pas possible de prévoir ce type de phénomène ?
“On ne peut pas le prévoir puisque, même si de façon globale on avait certains ingrédients qui montraient qu’on pouvait avoir ce type de phénomène, il manquait quelque chose, et ce quelque chose qui permet de créer ce nuage, s’est fait avec le relief. C’est ce que l’on appelle dans notre jargon la convection pop-corn. C’est comme avec le maïs quand on fait du pop-corn, ça se développe d’un coup. C’est imprévisible car c’est très localisé. Le nuage en question faisait 15 kilomètres de diamètre.”

À quoi doit-on s’attendre pour le mois de janvier en cette saison des pluies ?
“Sur les Tuamotu, dès aujourd’hui, l’ensemble de l’archipel va être soumis à des phénomènes de fortes pluies voire de grains orageux jusqu’à la fin de semaine. Et pour la Société et la zone Nord Australes, on s’attend à un temps qui va devenir maussade et pluvieux sur toute la semaine prochaine voire la semaine d’après. Donc là, on commence bien à rentrer dans la saison chaude, la saison des pluies. Il faudra redoubler de vigilance, surtout si on va en randonnée dans les vallées ou si on va à la Papenoo. Pour ne pas prendre de risque, on peut scruter le sommet des montagnes pour voir si ça ne s’assombrit pas trop, s’il n’y a pas de gros nuages qui se forment, et surtout, vérifier la turbidité de l’eau : c’est-à-dire voir si elle est trouble ou pas. Si on constate dans la rivière qu’elle commence à devenir trouble, il faut s’inquiéter, puisque souvent, dans ces cas-là, il y a une montée des eaux, qui peut être très faible mais aussi très brutale. Donc il faut faire attention et surveiller tout ça.”

Ce sera une saison des pluies plus importante que l’an passé ? En 2021, la sécheresse avait marqué le pas sur une grande partie du pays…
“Pour le premier bilan qu’on peut faire de 2021, c’est que la majorité du pays a connu un déficit pluviométrique, en particulier le nord du pays avec les Marquises qui ont connu 11 mois de sécheresse consécutifs ce qui est exceptionnel, ainsi que le nord des Tuamotu où il y avait quand même des manques d’eau en septembre/octobre. Et on remarque également que sur la Société et les Australes un déficit de pluies sur l’ensemble de l’année 2021. Pour le début du mois de janvier 2022, on devrait retrouver des pluies conformes à ce qu’on observe habituellement en saison des pluies.”

Pas de cyclones de prévus ?
“Pour les trois prochaines semaines, le risque d’avoir un phénomène cyclonique qui intéresserait la Polynésie, est faible.”

infos coronavirus