dimanche 18 août 2019
A VOIR

|

Androcur : un médicament sous surveillance

Publié le

Publié le 07/09/2018 à 16:15 - Mise à jour le 07/09/2018 à 16:15
Lecture 3 minutes

Sur la base d’une nouvelle étude, qui chiffre ce risque pour la première fois, les autorités sanitaires françaises vont demander à l’Europe de redéfinir les modalités d’utilisation de l’Androcur et de ses génériques, a annoncé jeudi l’Agence du médicament ANSM.

Rendue publique fin août, l’étude a été réalisée par l’ANSM et l’Assurance maladie.

Elle montre que le risque de méningiome, une tumeur au cerveau le plus souvent bénigne, est “multiplié par 7 pour les femmes traitées par de fortes doses sur une longue période (plus de 6 mois) et par 20 après 5 années de traitement”.

Ce risque lui-même est connu de longue date et figure depuis 2011 sur la notice de ce traitement hormonal, grâce, déjà, à une alerte française.

Il est utilisé pour combattre une pilosité excessive dans des cas particuliers, mais aussi, hors de son autorisation de mise sur le marché (AMM), dans le traitement de l’endométriose.

“On s’attendait à trouver un risque” mais son importance chez des femmes traitées à haute dose et sur de longues durées “nous a surpris”, explique à l’AFP l’endocrinologue Jean-Michel Race, de l’ANSM.

“Cela constitue un fait nouveau qu’il faut prendre en compte dans l’évaluation du rapport bénéfice/risque de ce produit”, poursuit-il.

Pour autant, les autorités sanitaires ne jugent pas nécessaire de retirer ce médicament du marché. “Il a des bénéfices dans les indications qui sont les siennes”, souligne le docteur Race. Elles veulent en revanche “repréciser ces indications” pour éviter les utilisations impropres.

Objectif : “Confirmer qu’il ne faut pas l’utiliser dans les pathologies plus légères (que celles pour lesquelles il est indiqué, ndlr) et définir pour combien de temps et avec quelles posologies maximales” il doit être prescrit, selon le docteur Race.

> Réunion le 1er octobre

Après une première réunion d’un comité d’experts indépendants le 13 juin, une seconde aura lieu le 1er octobre. “On aura alors les grandes lignes en termes d’indication, de durée et de posologie”, dit le docteur Race.

Ces données seront transmises au niveau européen “avant la fin de l’année” pour une procédure dont l’issue est espérée en 2019.

L’acétate de cyprotérone, nom générique de l’Androcur, est un médicament qui bloque l’activité des hormones mâles.

Selon le docteur Race, “89 000 femmes ont fait l’objet d’au moins une prescription en 2017” en France.

En Europe, il est disponible dans cinq pays : le Royaume-Uni, l’Italie, l’Allemagne, l’Espagne et la France, qui représente à elle seule 60% du marché.

Dosé à 50 mg, il est indiqué chez la femme dans le traitement de certaines maladies hormonales qui se manifestent par une augmentation du système pileux (hirsutisme). 

Mais il est parfois prescrit dans des cas qui ne correspondent pas au hirsutisme majeur pour lequel il est censé être indiqué.

Outre l’endométriose, “il est parfois prescrit pour des signes d’androgénie petits ou moyens : une pilosité un peu plus importante, une tendance à l’alopécie (perte de cheveux, ndlr), des peaux grasses et acnéiques”, détaille le docteur Race.

Chez l’homme, ce médicament est préconisé dans certaines formes de cancer de la prostate. Il est également donné à des personnes transgenres afin de diminuer les hormones mâles.

Enfin, dans son dosage à 100 mg, ce médicament est utilisé dans la prise en charge des agresseurs sexuels afin d’éviter des récidives (“castration chimique”).

Menée avec le service de neurochirurgie de l’hôpital Lariboisière à Paris, l’étude a été réalisée sur 250 000 femmes exposées au médicament, sur la période 2007-2015.

Elle a consisté à comparer celles qui ont reçu de fortes doses (plus de 3 grammes sur 6 mois, soit au moins 3 boîtes, puis poursuite du traitement) à celles faiblement exposées (moins de 3 grammes sur 6 mois, soit une ou deux boîtes, puis arrêt du traitement).

“La sécurité des patientes et le bon usage d’Androcur (…) sont les premières priorités de notre laboratoire”, a réagi Bayer, qui fabrique le médicament.

AFP

Laissez un commentaire

épidémie de dengue

DOSSIERS DE LA REDACTION

Le recyclage des déchets numériques en Polynésie

Comment recycler vos déchets électriques et électroniques ? Que deviennent-ils ? Qui finance les collectes ? Autant de questions essentielles pour notre environnement. Depuis le mois de juin, des opérations menées par Fenua Ma ont permis de récolter près de 30 tonnes de déchets auprès des particuliers. Un défi à relever pour la planète, mais qui n’est pas facile à mener.

Animaux errants, divagants… que font les communes pour endiguer le problème ?

Les animaux errants incarnent un souci permanent pour les Tavana à la recherche de solutions. À Bora Bora, une vaste campagne de stérilisation a été lancée en 2016, et cette année, l’île s’est aussi dotée d’un chenil géré par l’association "Bora Bora animara".

Dossier : tout sur l’allocation de rentrée scolaire

20 000 foyers ont reçu depuis jeudi dernier l’Allocation de rentrée scolaire (ARS) versée par la CPS. Cette aide financière est souvent indispensable pour les ménages les plus modestes. 35000 enfants de 2 à 21 ans vont pouvoir toucher entre 5000 et 24000 Fcfp pour acheter des fournitures scolaires. A qui s’adresse l’ARS ? A quel montant peut-on prétendre ? Réponses dans notre dossier :

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

vidéos populaires