dimanche 7 juin 2020
A VOIR

|

Alex Hervet, délégué régional d’Air France : « Si la grève continue, Air France devra probablement suspendre la desserte de Tahiti »

Publié le

Publié le 11/11/2017 à 10:14 - Mise à jour le 11/11/2017 à 10:14
Lecture 4 minutes

Ils étaient 300, ce dimanche matin, aux comptoirs d’enregistrement d’Air France de l’aéroport de Tahiti Faa’a, à espérer pouvoir décoller pour les Etats-Unis ou l’Europe. Dès 5h30, ils ont tenté de rejoindre la salle d’embarquement. Chose faite pour plus de la moitié d’entre eux. Mais pour finalement faire machine arrière, faute de personnel naviguant commercial en nombre suffisant. Ils sont trois à s’être présentés. Il en fallait quatre pour faire partir l’appareil. 

Les PNC ont débuté un mouvement de grève vendredi 10 novembre. Ils réclament le respect du dernier protocole d’accord en date, des accords collectifs, et souhaitent régulariser leurs bulletins de salaire. 
Vendredi le dernier vol avait été lui aussi annulé. 
Une annulation de dernière minute qu’ont du mal à comprendre les passagers étrangers : « Pour moi, Air France c’est un peu la honte pour la France depuis quelques années », regrette un passager. « C’est assez souvent qu’il y a des grèves et des retards. On a fait la queue pendant 1h et on nous informe au dernier moment ».

« J’ai avec moi un groupe de  31 personnes », explique un visiteur américain. « Nous avons du faire un choix : tenter notre chance ce matin, ou réserver des places ou être sûrs de partir sur le vol de ce soir. Nous avons choisi la sécurité. Air France fait tout ce qu’elle peut pour notre prise en charge. Des chambres nous ont été proposées à l’Intercontinental… »

« Ma mère est gravement malade et je veux rentrer à la maison! », déclare une passagère américaine les larmes aux yeux. « Je ne sais pas si je vais partir ce soir et peut-être que je devrai attendre trois jours supplémentaires »!

« J’adore l’imprévu dans les voyages, et là, il est difficile d’être mieux servi que cela! » plaisante un voyageurs métropolitain. « J’ai eu la chance de venir ici, de passer un séjour merveilleux. Je me sens toujours solidaire des gens qui font grève parce que j’imagine que ce n’est pas pour se faire plaisir qu’ils la font… »

En France, une loi contraint ceux qui veulent faire grève à se déclarer 48h auparavant, pour permettre aux compagnies aériennes de s’organiser afin de ne pas pénaliser les passagers. Une loi qui n’existe pas en Polynésie française. 

Les 300 passagers prévus sur le vol AF 77 ont été conduits vers les hôtels de Tahiti. 

Interview d’Alex Hervet, délégué régional d’Air France en Polynésie française

« Le vol de ce matin qui devait embarquer 260 passagers, va de nouveau décoller à vide faute de PNC locaux en nombre suffisant. Plusieurs PNC se sont déplacés mais pas suffisamment pour pouvoir décoller avec des passagers. Il a manqué juste un seul PNC. Sur les 260 passagers qui devaient partir ce matin, la grande majorité sont des touristes américains et européens. Nous allons pouvoir en faire partir 110  sur le vol affrété sur Air Tahiti Nui ce soir, qui emporte déjà 180 passagers restants du vol de vendredi. Nous allons donc héberger une centaine de touriste qui ne pourra pas partir aujourd’hui, et chercher des solutions alternatives dans les prochains jours. 

Nous avons eu des discussions avec le syndicat avant et pendant le préavis. Nous avons fait des propositions sur plusieurs points. Elles sont toujours valides et ma porte est toujours ouverte. J’appelle le syndicat USAF UNSA et tous les PNC de la base de Papeete à leurs responsabilités et à lever la grève de toute urgence. Je sais combien ils sont attachés à nos clients, à notre compagnie, et à leur métier. 

Cela fait deux vols de suite d’Air France qui arrivent avec des passagers et repartent sans. Nous ne pouvons pas décemment emmener des touristes si nous ne savons pas leur offrir un retour chez eux. il en est de même pour nos clients polynésiens. En conséquence, si le mouvement était maintenu, Air France étudie toutes les solutions mais devra probablement suspendre la desserte de Tahiti. Pour les clients réservés sur les prochains vols, de mardi au départ de Los Angeles vers Papeete, et de mercredi au départ de Papeete vers Los Angeles : nous cherchons une solution d’affrètement avec une autre compagnie mais les vols pourraient être annulés, comme les suivants, si la grève n’était pas levée. 

Nous reviendrons vers tous nos clients pour leur proposer des solutions dès que possible. Je présente encore une fois toutes nos excuses à nos clients, ce n’est pas ce que nous souhaitons leur offrir. Je vous remercie de votre compréhension. »
 

Laure Philiber 

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Le « avaro », le gâteau au coco du dimanche à...

Direction l'archipel des Tuamotu, à Anaa, afin de découvrir les secrets de préparation du gâteau au coco très prisé des habitants, le "avaro". Ce mets local est dégusté tous les dimanches après le culte.

À Paea, Jean-Claude Hapairai fait cavalier seul

À Paea, la campagne des élections municipales se poursuit, et l'heure n'est pas à la réunification chez les autonomistes. Les trois listes en course au premier tour se sont toutes qualifiées pour le deuxième. Te ora api no Paea, menée par l'ex-premier adjoint de Jacquie Graffe, est arrivée troisième, mais elle aurait pu constituer un soutien de poids pour l'une des deux autres formations. Elle a néanmoins fait le choix de partir seule...

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV