jeudi 19 mai 2022
A VOIR

|

Air Tahiti revoit ses prix à la baisse sur 12 îles

Publié le

Rurutu, Fakarava, Raiatea ou encore Nuku Hiva, Air Tahiti l’avait promis, les prix des billets d’avion sur 12 destinations domestiques vont baisser à compter de ce mardi pour des voyages à partir du 28 mars 2022. Une baisse de tarifs qui intervient à quelques semaines de l’arrivée de la concurrence.

Publié le 22/02/2022 à 18:23 - Mise à jour le 23/02/2022 à 9:10
Lecture 2 minutes

Rurutu, Fakarava, Raiatea ou encore Nuku Hiva, Air Tahiti l’avait promis, les prix des billets d’avion sur 12 destinations domestiques vont baisser à compter de ce mardi pour des voyages à partir du 28 mars 2022. Une baisse de tarifs qui intervient à quelques semaines de l’arrivée de la concurrence.

Fini les prix bleus, blancs et rouges. Dans sa nouvelle gamme, Air Tahiti introduit deux nouveaux tarifs qui répondent au nom de Mahana et Fetii, sur les 12 îles de libre concurrence : Tahiti, Huahine, Raiatea, Bora Bora, Maupiti, Rangiroa, Tikehau, Fakarava, Rurutu, Tubuai, Nuku Hiva et Hiva Oa. “Le tarif Mahana, c’est pour les week-ends et les courts séjours en semaine, et le tarif Fetii, c’est pour les regroupements familiaux”, détaille Vairani Tetaria, directrice marketing et commerciale Air Tahiti. “Donc soit pour aller voir ses fetii dans les îles, soit pour venir sur Tahiti voir sa famille”.

Quant aux cartes de réduction jeune, famille, troisième âge et résident, “les personnes qui sont détentrices continuent à avoir leur tarifs réduits”, assure le directrice commerciale. “Mais au lieu d’avoir des tarifs bleus, blancs, rouges, maintenant ils vont avoir jusqu’à 5 niveaux tarifaires différents et ils vont avoir des tarifs plus intéressants”.

Mais avec les gammes Mahana et Fetii, tout le monde pourra profiter toute l’année de prix plus attractifs que les précédents. Et l’effort n’est pas négligeable avec des baisses de 40 à 50%.

Ainsi un aller-retour sur Huahine coûtera désormais 19 035 Fcfp contre 30 000 à 37 000 Fcfp. Sur Nuku Hiva, la différence est encore plus nette avec un aller-retour à un peu plus de 40 000 Fcfp contre 70 000 à 90 000 Fcfp sur les anciens tarifs.

Une baisse qui coïncide avec l’arrivée de la concurrence mais pas seulement. Forte d’une contribution de 900 millions de Fcfp du Pays pour soutenir la desserte des 32 aéroports de désenclavement, Air Tahiti s’était engagé à faire un effort sur le réseau de libre concurrence. Un effort d’1 milliard de Fcfp.

“On n’avait pas prévu de le faire précédemment puisque c’était les îles de ce qu’on appelle le réseau Natiraa Tumu, c’est-à-dire le réseau de libre concurrence, ce sont ces tarifs-là qui finançaient le réseau de désenclavement”, explique Vairani Tetaria. “Maintenant que le réseau de désenclavement est financé par le Pays, par la taxe mise en place par le Pays, on a une latitude pour baisser nos tarifs”.

Ce n’est que la conséquence de l’application d’un effort que le Pays a fait, qui nous permet aujourd’hui, en prenant des risques mesurés, d’envisager une baisse des tarifs alors que les trafics n’ont pas tout à fait repris”, ajoute Manate Vivish, le directeur général d’Air Tahiti.

La nouvelle grille a été étudiée pour être moins figée et plus adaptée aux segmentations du marché, selon le directeur de la compagnie. “Le but, c’est d’une certaine façon d’entériner une nouvelle forme de gestion de nos tarifs, qu’ils soient plus dynamique. Ce qui nous permet effectivement de pouvoir davantage contribuer en ciblant des populations […], de manière à ce que le client puisse bénéficier de la meilleure offre possible mais en même temps aussi, que les intérêts de la compagnie soient préservés”.

En parallèle, la compagnie a réduit sa masse salariale de 25 % en 2020. Un effort qu’elle a poursuivit en 2021 et qu’elle devra poursuivre encore en 2022 pour rester à équilibre.

infos coronavirus