A VOIR

|

Air Tahiti déploie ses ailes avant l’arrivée de la concurrence

Publié le

Après une longue période d'incertitudes liées à la crise, Air Tahiti table aujourd'hui sur le million de passagers annuel en 2023. En face, la concurrence se dit "confiante".

Publié le 06/10/2022 à 15:26 - Mise à jour le 06/10/2022 à 16:42
Lecture 2 minutes

Après une longue période d'incertitudes liées à la crise, Air Tahiti table aujourd'hui sur le million de passagers annuel en 2023. En face, la concurrence se dit "confiante".

Alors que la nouvelle compagnie Air Moana prépare ses premiers vols, Air Tahiti, 65 ans d’existence, donnait ce jeudi une conférence de presse et dressait un bilan satisfaisant. “L’année 2022 a commencé plutôt mal puisqu’on était encore englués dans le Covid. Mais dès avril, dès la levée des restrictions, on a eu des taux de croissance sur les visiteurs assez importants mais également sur les résidents. Sur certaines destinations, c’est du jamais vu, assure Vairani Tetaria, directrice marketing et commercial. Nous, on parle de “l’effet Macron” en interne sur les Marquises puisqu’on a des taux de croissance de 20% sur les Marquises pour les visiteurs. Et on a vu un déport des passagers qui allaient plus vers les Tuamotu Nord que précédemment. Vraisemblablement parce qu’il y a peut-être moins de capacités sur Bora Bora et les îles Sous-le-Vent que précédemment.”

Air Tahiti vise le million de passagers pour 2023. “On pense que toutes les planètes sont alignées. On a de nouvelles compagnies aériennes, Air Tahiti Nui lance du Seattle, ils vont reprendre le Japon. On a des ouvertures d’hôtels qui vont se faire l’année prochaine que ce soit à Tahiti ou dans les îles. Donc, on estime réellement qu’on va avoir une très bonne année 2023.” En 2019, la compagnie enregistrait 894 000 passagers annuels. Elle devrait atteindre ce chiffre pour 2022. En 2020, avec l’arrêt des vols, le chiffre était tombé à 414 000 passagers annuels.

Air Tahiti reprend par ailleurs la desserte aux Marquises, entre les îles de Ua Pou et Ua Huka, avec des tarifs moindres. “Les baisses de tarifs qu’on vient d’annoncer sont la poursuite des baisses de tarifs que nous avions faites en avril. C’est maintenant possible grâce à la prise en charge par le Pays des dessertes structurellement déficitaires. Je rappelle qu’une délégation de service public sur 32 îles a été actée en juillet 2021. Et là, sur les Marquises, on commence dès novembre. C’est également possible grâce à l’activité et au volume de trafic auxquels on fait face et également grâce à une maîtrise des coûts en interne.”

Lire aussi – Marquises : Air Tahiti desservira Ua Pou et Ua Huka à partir du 14 novembre

Air Tahiti ne répercutera pas non plus la hausse du carburant : “On a dit qu’on rétrocédait à la population la subvention qu’on obtient du Pays. On le fait et on a pris le parti de ne pas augmenter nos tarifs à cause du carburant parce que, autrement, ça n’avait pas de sens.”

La compagnie locale inter-îles revient de loin, souligne Manate Vivish, directeur général. “En mars 2020, on s’est posé des questions sur l’avenir de la compagnie, comme beaucoup de compagnies aériennes dans le monde. Et certaines ont d’ailleurs disparu. Air Tahiti est toujours présente. Air Tahiti se porte bien. Je pense qu’on est sur le point de résorber les pertes que nous avons affichées sur les deux exercices précédents. Et nous serons vraisemblablement en exercice positif cette année.”

Un nouvel avion devrait même rejoindre la flotte. “Compte-tenu des perspectives de croissance d’activité, nous avons pris la décision de “leaser” un avion supplémentaire, de manière à opérer 10 appareils sur l’exercice 2022. Et pour 2023, nous envisageons effectivement un avion supplémentaire à partir de mai.”

Du côté de la future concurrence, Air Moana se dit “très confiante sur sa capacité à répondre avec une offre globale moins chère et un confort amélioré tout en mobilisant des fonds exclusivement privés.”