samedi 8 août 2020
A VOIR

|

Air Moorea : « S’il y a des peines prononcées, il y aura forcément des déceptions »

Publié le

Publié le 24/10/2018 à 14:02 - Mise à jour le 24/10/2018 à 14:02
Lecture 2 minutes

Après l’accusation, place à la défense. Les avocats des huit prévenus du procès ont fait feu de tout bois aujourd’hui. À l’image de l’avocat d’Air Moorea, maître François Quinquis. Le conseil a une nouvelle fois martelé que le câble de gouverne à cabrer ne s’était pas rompu en plein vol, contrairement à ce que soutient l’accusation. Selon lui, le rapport d’un seul expert est recevable. Or le document est ambigu. Le parquet et la défense n’en ont donc pas la même lecture.

>>> Lire aussi : Procès Air Moorea : une nouvelle version sur la rupture du câble

« Ce rapport démontre que le câble n’a pas pu se rompre en vol. Il n’y a qu’une phrase en conclusion, qui est assez inexplicable d’ailleurs,  où il ne l’affirme pas, il dit ‘cela suggérait que ce serait probable’, ce n’est pas une démonstration, surtout que c’est rigoureusement le contraire de ce qui est dit dans le rapport »  déclare maître François Quinquis.

> « On ne pouvait pas faire voler l’avion avec un câble qui n’avait pas été changé »

Pour la défense, ces doutes doivent profiter aux prévenus. Les avocats ont par conséquent réclamé la relaxe de leurs clients. Mais pour les parties civiles, même si les raisons de l’accident demeuraient floues, des fautes ont bien été commises, justifiant des condamnations.

« Il était prévu que ce câble soit installé pour 12 mois. Il a été installé pour plus de temps, donc il y a un défaut de navigabilité, donc on comprend tout à fait qu’il se soit rompu. Mais indépendamment, même s’il s’était pas rompu, on ne pouvait pas faire voler l’avion avec un câble qui n’avait pas été changé » explique maître Jean-Pierre Bellecave, l’avocat des familles des victimes.

>>> Voir aussi : Vidéo – Crash Air Moorea : « On pourra savoir si on peut tourner la page quand le procès sera fini »

Pour les proches des disparus, ces trois semaines ont été particulièrement éprouvantes. Elles ont néanmoins permis de mettre sous le feu des projecteurs les manquements d’Air Moorea. Pour Nikolaz Fourreau, président de l’association 9-8-7 : « Il a été révélé aux yeux de tous les dysfonctionnements d’une compagnie, des comportements qui n’étaient pas à la hauteur du service qu’on attendait d’Air Moorea. Après il y a probablement des attitudes de certains prévenus qui ne sont pas à la hauteur des faits qui leurs sont reprochés ».

Les familles endeuillées ont en tous les cas le sentiment du devoir accompli. « Je ne pense pas qu’il y aura une forme de satisfaction, quelle que soit la décision. S’il y a des peines prononcées, il y aura forcément des déceptions, mais ça sera fait et il y aura une reconnaissance. On ne peut pas comparer 20 000 euros et une interdiction d’exercer à une vie » ajoute Nikolaz Fourreau. Le tribunal rendra son délibéré le 22 janvier 2019.
 

Rédaction web avec Jean-Baptiste Calvas et Sam Teinaore

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Les jardins du Musée de Tahiti et des îles...

Dans le cadre des mesures prises par les établissements publics culturels pour relancer l’activité économique dans le secteur culturel et pour soutenir...

Mosimann en DJ set ce samedi 8 août

Le dernier week-end avant la rentrée, le DJ franco-suisse Mosimann pose ses platines en Polynésie dans le cadre idyllique du Manava Suite...

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV