vendredi 10 juillet 2020
A VOIR

|

Affaires sociales : Isabelle Sachet rencontre ses agents sur fond de menace de grève

Publié le

Tentative d’apaisement, à la direction des Affaires sociales. La ministre des Solidarités, Isabelle Sachet, a essayé de calmer le jeu en recevant les agents du secteur. Une "réunion de famille", pour reprendre les termes de la ministre. Prévue de longue date selon elle, cette rencontre se déroule dans un contexte de limogeage de la directrice des Affaires sociales, et la menace d’une grève plane toujours…

Publié le 05/10/2019 à 16:54 - Mise à jour le 07/10/2019 à 9:05
Lecture 2 minutes

Tentative d’apaisement, à la direction des Affaires sociales. La ministre des Solidarités, Isabelle Sachet, a essayé de calmer le jeu en recevant les agents du secteur. Une "réunion de famille", pour reprendre les termes de la ministre. Prévue de longue date selon elle, cette rencontre se déroule dans un contexte de limogeage de la directrice des Affaires sociales, et la menace d’une grève plane toujours…

Après plusieurs jours de malaise à la direction des Affaires sociales – conséquence de l’éviction de Catherine Ah-Sha, l’ancienne directrice : la ministre des Solidarités ouvre le dialogue avec ses salariés. « Je viens leur dire que j’ai confiance en eux, mais que j’ai aussi besoin d’eux, et nous sommes là pour une mission qui nous a été confiée » déclare Isabelle Sachet au micro de TNTV. Outre le renvoi de la directrice, remplacée par Valérie Hong Kiou, les travailleurs du social déplorent des missions en décalage avec les moyens fournis.

« Je leur ai obtenu quand même douze postes, dès que je suis arrivée, au premier budget, je les ai défendus. Les douze autres que nous n’avons pas obtenus, je me suis battue pour qu’ils aient des CDD. Il faut me laisser du temps aussi. Parce qu’on est plusieurs ministres à avoir besoin de postes… » se défend la ministre. C’est un discours apaisé pourtant que tient la responsable politique à l’issue de la rencontre. « Je viens de trouver des personnes heureuse, et je suis moi-aussi très heureuse. Nous avons réussi à mettre de la cohésion dans cette belle équipe de la SDFE ».

Titaua Teuira, agent administratif, n’est pas tout à fait du même avis. « Les arguments qu’elle a donnés pour évincer la directrice ne tiennent pas. Il n’y a toujours pas assez de moyens, toutes les demandes qui ont été faites n’ont pas été honorées. » Même défiance du côté de A ti’a i Mua. « On nous a annoncé des promesses qui ne sont pas sûrs d’être tenus. Nous avons eu le discours je vous ai compris, je pense qu’il est plus qu’urgent que notre ministre rencontre les syndicats en comité restreints pour vraiment faire des protocoles d’accord, assène Claudine Laugrost, représentante A ti’a i mua aux affaires sociales. Si la ministre ne le fait pas d’ici peu, on sera peut-être obligé de déposer un préavis. »

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Hitiaa o te ra : l’opposition veut saisir le...

Hitiaa o te ra change de couleur et devient rouge. Le conseil municipal s’est tenu ce vendredi matin, devant un public nombreux et dans une ambiance tendue : des militants oranges sont arrivés avant le conseil, avec leur drapeaux laissés à l’extérieur de l’enceinte de la mairie, afin de voir si le suffrage des sections de communes allait être respecté. 25 maires adjoints ont également été élus.

Relance : À l’Assemblée, Moetai Brotherson demande un « plan...

https://www.facebook.com/Moetai2017/videos/1126834587685465 "Ma question s'adresse à monsieur le ministre des Outre-mer : "rien ne sera plus jamais comme avant"....

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV