fbpx
jeudi 20 février 2020
A VOIR

|

Abeilles en danger : le miel de Taha’a contaminé par la loque américaine en vente à Raiatea

Publié le

Publié le 20/11/2018 à 14:50 - Mise à jour le 20/11/2018 à 14:50
Lecture 2 minutes

Les apiculteurs de Raiatea sont en colère : ils ont vu des pots de miel de Taha’a commercialisés dans deux supermarchés à Uturoa. Ceci est inadmissible pour ces professionnels de la ruche : le contact des abeilles avec ce miel contaminé serait irréversible.

>>> Lire aussi : Taha’a touchée par la loque américaine

“Nous avons rencontré les directeurs de ces deux magasins. L’un a compris que la loque américaine se transmettait par les spores qui sont dans le miel. Ce n’est pas dangereux pour l’être humain, mais cela l’est pour les abeilles de Raiatea qui sont encore indemnes de toute maladie. On a essayé de parler avec le chef d’entreprise qui n’a rien voulu entendre. Pour 350 Fcfp de marge, il risque d’exterminer les dernières abeilles saines de l’île pour un pot de 500 grammes, c’est lamentable” déplore Olivier Schmiechen, apiculteur de Raiatea.

Et pourtant, depuis la suspicion de la loque américaine à Taha’a le mois dernier, un arrêté interdit le transfert de miel, de matériel ou d’abeilles d’une île infestée vers une île saine. C’est le cas pour Taha’a et Raiatea. “Il était urgent de prendre cet arrêté puisque si on laisse partir des produits infectés vers des îles saines, on risque d’étendre cette maladie à l’ensemble des îles de la Polynésie” explique Hervé Bichet, directeur de la direction de la biosécurité.

>>> Lire aussi : Le miel de Jean-Patrick Villain médaillé d’or

La chambre de l’agriculture va lancer une enquête pour repérer la loque américaine sur l’ensemble des îles Sous-le-Vent. En attendant, Olivier Schmiechen souhaite la création d’une indication géographique protégée (IGP) pour l’apiculture polynésienne, un label pour préserver les abeilles de Marquises, des Tuamotu et de Raiatea.
 

Jessica Doucet-Tuahu avec Jeanne Tinorua

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

L’audiovisuel, un secteur qui séduit les jeunes

Ils sont graphistes, cadreurs, réalisateurs ou beatmakers. Avec la généralisation des smartphones et du numérique, les métiers de l’audiovisuel attirent de plus en plus de jeunes. Faute d’école spécialisée au fenua, ils sont nombreux à se former sur le tas. Comment font-ils pour s’en sortir et se faire une place sur un marché restreint ? Eléments de réponse.

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV

X