lundi 13 juillet 2020
A VOIR

|

À Vairao, des CAES contribuent à l’embellissement de leur commune

Publié le

L’environnement et les actions de solidarité sont les priorités de l’association "Te ui no te oaoa" de Vairao. Ses membres ont été engagés dans le cadre du CAES pour embellir certains sites de cette commune de la Presqu’île.

Publié le 31/05/2020 à 17:16 - Mise à jour le 31/05/2020 à 17:16
Lecture 2 minutes

L’environnement et les actions de solidarité sont les priorités de l’association "Te ui no te oaoa" de Vairao. Ses membres ont été engagés dans le cadre du CAES pour embellir certains sites de cette commune de la Presqu’île.

Ils sont au total une quinzaine à bénéficier d’une Convention d’Aide Exceptionnelle (CAES). Leur mission : le nettoyage du marae de Nuutere ou encore l’entretien des panneaux qui vous accueillent dans la commune.

Une aubaine pour certaines familles sans revenus de cette petite bourgade de la Presqu’île. « Au départ, on avait monté cette association pour participer au concours ‘J’embellis ma commune’ et pour faire aussi des actions de solidarité. (…) Ça aide beaucoup les familles qui sont dans le besoin car ça leur permet au moins d’avoir de quoi manger à la fin du mois, mais pour moi, trois mois c’est trop court » explique Maramahiti Tekurio, membre de l’association « Te ui no te oaoa ».

Lire aussi > Raiatea : des CAES apprennent à faire un faa’apu

Pour Ingualine Faoa comme pour les autres, l’indemnité de 50 000 Fcfp par mois est plus que bienvenue : « Cela va aussi m’aider à payer ma maison OPH ».

Les CAES sont engagés pour une durée de trois mois en échange de travaux d’intérêt général (ITG). À raison de 4 heures de labeur par jour, ils ont espoir que le travail fourni durant cette période soit respecté par la population et autres visiteurs de Vairao.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Foncier : les modalités de cession de terres au...

Le ministre de l’Économie verte, ministre en charge des affaires foncières, Tearii Alpha, a convié le président Edouard Fritch à ouvrir, lundi, la matinée de présentation de la mesure de restitution des terres de Rurutu et de Rimatara pour les familles pouvant prétendre à disposer de droits fonciers dans ces deux îles. Cette réunion, qui a rassemblé plus de 400 personnes, s’est tenue dans un des amphithéâtres de l’Université de la Polynésie française, à Punaauia.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV