vendredi 30 octobre 2020
A VOIR

|

À Raivavae, on enterre ses proches chez soi plutôt qu’au cimetière

Publié le

AUSTRALES - Il y a une tradition que les habitants de Raivavae respectent depuis toujours. En effet, si vous faites un tour dans les différents villages de l'île, vous verrez des tombes dans tous les jardins et même sur les terrasses des maisons…

Publié le 04/05/2019 à 13:53 - Mise à jour le 19/06/2019 à 11:51
Lecture < 1 min.

AUSTRALES - Il y a une tradition que les habitants de Raivavae respectent depuis toujours. En effet, si vous faites un tour dans les différents villages de l'île, vous verrez des tombes dans tous les jardins et même sur les terrasses des maisons…

Sur cette île des Australes bien connue des touristes, les habitants enterrent encore aujourd’hui leurs proches près de leur maison ou alors, sous leur maison. Et même si pour respecter le code des collectivités territoriales, un cimetière communal a été créé il y a maintenant cinq ans, personne ne veut y enterrer ses proches. « Le problème, c’est que la population ne veut pas enterrer ses défunts loin de chez eux. Ils ont été habitués à les enterrer soit dans la maison, soit sur la terrasse, soit dans la cour. La commune a mis en place le terrain, mais ils n’en veulent pas » nous dit le tavana de Raivavae.

Ce sont plutôt les anciens, garants des traditions, qui s’opposent a ce projet de cimetière. « Ma femme est toujours près de moi. De mon salon, je vois sa tombe. Si à sa mort, je l’avais enterrée dans le cimetière communal, loin là-bas, c’est comme si je l’avais abandonnée » explique Papa Rootara Teipoarii, l’un des doyens du village de Anatonu.

Vivre près des tombes de ses proches est une tradition à Raivavae, et ce n’est pas prêt de changer. Pour cette population des Australes, cette pratique est une preuve d’amour. Alors à moins d’y être obligés, ils continueront à enterrer leurs morts près de leurs foyers…

infos coronavirus

Les États-Unis vont autoriser la reprise des croisières

Les autorités sanitaires américaines ont annoncé vendredi que les croisières pourraient reprendre aux États-Unis à partir de novembre mais à condition de respecter un nouveau protocole strict, dont des tests systématiques des passagers et des membres d'équipage.

Touché par la Covid-19, Gaston Flosse va bien

"J’ai eu beaucoup de fièvre, j’ai été très fatigué, mais je n’ai pas été hospitalisé. Ça va beaucoup mieux maintenant", nous a...