dimanche 9 août 2020
A VOIR

|

À Raiatea, des CAES se forment à la vanilliculture

Publié le

Dans le cadre d’une politique de soutien aux familles nécessiteuses, une association de Tumaraa propose à ses employés en contrat C.A.E.S de bénéficier de diverses formations en échange d’un service rendu à la population.

Publié le 13/07/2020 à 15:45 - Mise à jour le 13/07/2020 à 15:52
Lecture 3 minutes

Dans le cadre d’une politique de soutien aux familles nécessiteuses, une association de Tumaraa propose à ses employés en contrat C.A.E.S de bénéficier de diverses formations en échange d’un service rendu à la population.

Antonio Yeou, Mara Faraire ou encore Sylvestre Tautu sont en C.A.E.S (Convention d’Aide Exceptionnelle de Solidarité) depuis quelques semaines. Suivant un calendrier de travail agencé par l’association qui les emploie, ils offrent leurs services en échange d’une formation.

Actuellement, ils apprennent le métier de vanilliculteur à l’ancienne : ils coupent, par exemple, des lianes qu’ils tentent de dénicher en milieu naturel. Une fois récoltées, les lianes sont acheminées jusqu’au champ. Le groupe finit ensuite de défricher la parcelle et plante les tuteurs. Le paillage posé, les lianes sont attachées selon des directives biens précises.

Le procédé est des plus appréciés des habitants de Tehurui.

L’objectif : former ces jeunes à divers types de cultures afin de les aider à mieux rebondir à l’issue des trois mois de contrat. « Cela nous permet aussi de partager notre savoir-faire, et peut-être que cela va leur donner l’envie de planter de la vanille et de pouvoir gagner plus tard un peu d’argent » explique Clément Holman, agriculteur de Tehurui.

Outre la vanille, ces jeunes suivent également des formations dans des tarodières, des champs d’ananas et de légumes. Et si leurs actions peuvent répondre aux besoins alimentaires de leurs familles, la réussite n’en sera que plus belle…

REPORTAGERony Mou-Fat

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV