vendredi 25 juin 2021
A VOIR

|

À Raiatea, des CAES se forment à la vanilliculture

Publié le

Dans le cadre d’une politique de soutien aux familles nécessiteuses, une association de Tumaraa propose à ses employés en contrat C.A.E.S de bénéficier de diverses formations en échange d’un service rendu à la population.

Publié le 13/07/2020 à 15:45 - Mise à jour le 13/07/2020 à 15:52
Lecture 3 minutes

Dans le cadre d’une politique de soutien aux familles nécessiteuses, une association de Tumaraa propose à ses employés en contrat C.A.E.S de bénéficier de diverses formations en échange d’un service rendu à la population.

Antonio Yeou, Mara Faraire ou encore Sylvestre Tautu sont en C.A.E.S (Convention d’Aide Exceptionnelle de Solidarité) depuis quelques semaines. Suivant un calendrier de travail agencé par l’association qui les emploie, ils offrent leurs services en échange d’une formation.

Actuellement, ils apprennent le métier de vanilliculteur à l’ancienne : ils coupent, par exemple, des lianes qu’ils tentent de dénicher en milieu naturel. Une fois récoltées, les lianes sont acheminées jusqu’au champ. Le groupe finit ensuite de défricher la parcelle et plante les tuteurs. Le paillage posé, les lianes sont attachées selon des directives biens précises.

Le procédé est des plus appréciés des habitants de Tehurui.

L’objectif : former ces jeunes à divers types de cultures afin de les aider à mieux rebondir à l’issue des trois mois de contrat. “Cela nous permet aussi de partager notre savoir-faire, et peut-être que cela va leur donner l’envie de planter de la vanille et de pouvoir gagner plus tard un peu d’argent” explique Clément Holman, agriculteur de Tehurui.

Outre la vanille, ces jeunes suivent également des formations dans des tarodières, des champs d’ananas et de légumes. Et si leurs actions peuvent répondre aux besoins alimentaires de leurs familles, la réussite n’en sera que plus belle…

infos coronavirus