lundi 25 mai 2020
A VOIR

|

A quoi sert l’observatoire de l’économie numérique ?

Publié le

Publié le 14/05/2014 à 17:08 - Mise à jour le 14/05/2014 à 17:08
Lecture 4 minutes

L’Oden, l’observatoire de l’économie numérique a été officiellement lancé aujourd’hui.
A quoi sert-il ? En premier lieu à mettre en place un plan de développement de l’économique numérique. Un thème déjà évoqué par le gouvernement, prévu dans le plan de relance et demandé par les représentants des chefs d’entreprise.

Son objectif : développer de manière harmonieuse et durable la politique publique numérique polynésienne. Ce plan de développement de l’économie numérique en Polynésie française présentera en détail et le plus concrètement possible, les actions à mener par l’ensemble des acteurs (Pays, État, investisseurs, entreprises, entrepreneurs, administrations, etc.) et les moyens à mettre en œuvre afin de garantir que le numérique tiendra ses promesses de développement en Polynésie française.

Dans un dossier présenté ce matin (en pièce jointe), le ministère a détaillé les 5 axes stratégiques :
1. Favoriser le développement des contenus, des entreprises du numérique et de l’audiovisuel, de l’entrepreneuriat sectoriel.
2. Garantir l’accès au numérique à tous les Polynésiens, en réduisant les écarts d’accès aux technologies.
3. Assurer l’avenir du numérique polynésien par le développement des infrastructures et des compétences.
4. Rendre l’administration polynésienne et le Pays exemplaire dans l’usage et la promotion du numérique.
5. Faire du numérique un tremplin pour le rayonnement de la Polynésie française dans le Pacifique et dans le Monde.

1 – Objectif de l’Oden : Définir le plan de développement de l’économie numérique 2014-2018 en favorisant le dialogue entre les acteurs publics et privés, structurant ainsi la filière et organisant des partenariats innovants.

2- Les missions de l’Oden :
– Recueillir, organiser et diffuser toutes les informations existantes, de nature économique, sociologique, culturelle et technique, permettant d’évaluer l’impact du secteur du numérique et de la diffusion des technologies numériques dans l’économie et la société. Pour cela l’observatoire pourra s’appuyer sur la direction générale de l’économie numérique.
– Mener des travaux de prospective pouvant aider à la proposition et l’évolution du plan de développement de l’économie numérique.
– Entretenir le dialogue avec les acteurs de la sphère publique et privée dans une perspective de structuration de la filière et de partenariats innovants.
– Favoriser la mise en réseau d’acteurs et le partage d’expérience avec des observatoires régionaux et nationaux.

3 – Organisation de l’Oden :
Il se compose au maximum de 10 membres. Le secrétariat est assuré par la direction générale de l’économie numérique. Les autres membres comptent 4 animateurs et 4 rapporteurs inhérents à chaque « Think Tank ». Chaque « Think Tank » est composé d’un maximum de 10 membres nommés pour 2 ans par arrêté. Un « Think Tank » est constitué : d’un animateur, d’un rapporteur et de 8 membres.

4- Fonctionnement de l’Oden :
Les 4 sous-commissions, appelées « Think Tank » aborderont les axes suivants :
1) Accès au numérique et usages.
2) Développement des contenus et des entreprises.
3) Infrastructures et compétences.
4) E-services publics. Les « think tanks » se réunissent sur convocation de leur animateur. Toute personne qualifiée, apte à éclairer le débat peut être invitée, à l’initiative des animateurs des « think tank ». Les fonctions de membre sont gratuites et n’ouvrent droit à aucune indemnité ou toute autre forme de rémunération.

4 – L’appel à candidature :
Après avoir fait acte de candidature auprès de la DGEN, les membres des « think tank » sont désignés par arrêté pour une durée de deux ans renouvelables. L’appel à candidature est lancé sur le site Internet de la DGEN à compter du 15 mai 2014 et la clôture des inscriptions est fixée au 31 mai 2014.
Les critères de sélection sont définis pour chacune des 4 sous-commissions dans le but de répondre aux objectifs intrinsèques de chacun des quatre « think tank » qui sont sur ces thèmes : accès au numérique et usages ; développement des contenus et des entreprises ; infrastructures et compétences ; e-services publics.

5– Les thématiques des sous-commissions Think Tanks :
Les thèmes, vastes et non limités, permettront de fournir des recommandations concrètes pour, par exemple : les offres d’accès et de services, l’équipement des foyers,  l’accès au numérique, l’acculturation des outils numériques,  la convergence audiovisuelle-numérique, etc.

6 – Planning de travail :
Du 15 au 31 mai 2014 : Appel à candidature.
Juin 2014 : Sélection et nomination des membres des 4 think tank.
De juillet à octobre 2014 : Mise en place et animation des think tank avec un objectif de résultats au 31/11/2014. Le point d’étape intermédiaire est fixé à fin août 2014.
Les rapports et analyses des think tank qui proposent des recommandations par ordre de priorité devront être fixés à fin octobre 2014.
Décembre 2014 : Synthèse & restitution des principaux axes, actions et priorités de la commission observatoire de l’économie numérique.
Janv. / fév. 2015 : Présentation et mise en œuvre d’un plan de développement de l’économie numérique.

Retrouvez le détail du programme de l’Oden :

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Bibliodrive : un nouveau système de prêts à la...

Afin de permettre aux adhérents de la médiathèque de continuer à accéder aux livres, CD et DVD (les bibliothèques et le cyberespace étant fermés) tout en respectant les protocoles sanitaires, la Maison de la Culture a mis en place un système de Bibliodrive.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV