samedi 30 mai 2020
A VOIR

|

À Pirae, on travaille à améliorer les relations entre la police et les habitants

Publié le

Depuis deux ans, l’Etat tente d’améliorer les relations entre la police et la population. Le but : renforcer le travail en commun pour combattre l’insécurité dans les quartiers. Le groupement de partenariat opérationnel (GPO) de Pirae est intervenu pour la première fois ce mardi matin dans la résidence Atimaro. Une réunion entre l’Etat, la police nationale, le maire et les riverains.

Publié le 14/01/2020 à 16:40 - Mise à jour le 15/01/2020 à 16:15
Lecture < 1 min.

Depuis deux ans, l’Etat tente d’améliorer les relations entre la police et la population. Le but : renforcer le travail en commun pour combattre l’insécurité dans les quartiers. Le groupement de partenariat opérationnel (GPO) de Pirae est intervenu pour la première fois ce mardi matin dans la résidence Atimaro. Une réunion entre l’Etat, la police nationale, le maire et les riverains.

Identifier les problèmes de sécurité qui empoisonnent la vie des gens au quotidien et apporter des solutions concrètes, c’est l’objectif du groupement de partenariat opérationnel (GPO), lancé en juin après une rixe dans le quartier.

« Ce sont des faits qui se sont passés entre jeunes du quartier Lagarde et ceux du quartier Teauna à l’hippodrome, sur fond de trafic de stupéfiants, raconte le major Pierre Estall, responsable du secteur 2 du GPO. Ils se sont donnés rendez-vous plusieurs fois pour en découdre physiquement. »

Depuis, la police nationale a prévu un dispositif de police de proximité : une présence régulière, des activités pour les jeunes et surtout des rencontres fréquentes avec la police, les élus, l’OPH, les associations de quartier et les riverains. Un partenariat fort qui semble porter ses fruits.

« Ça s’est arrêté, depuis le jour où il y a eu cette bagarre et jusqu’à aujourd’hui, je ne vois plus les jeunes traîner, assure Norbert, un résident de Atimaro. Alors que l’année dernière, j’étais obligé de dire aux jeunes qui traînaient d’aller à l’école. »

Mais coopérer avec la police n’est pas tout le temps facile. Surtout quand certains membres de la famille sont impliqués dans la délinquance.

« C’est très complexe dans ce type de situation, reconnaît le haut-commissaire Dominique Sorain. Mais il n’y a pas que ce type de situation aussi parce qu’il y a des délinquants, des trafiquants qui viennent ici, et c’est pas forcément des gens de la famille. Donc la police a besoin d’avoir ces informations pour travailler. »

Aujourd’hui, la sécurité n’est plus seulement l’affaire de la police mais aussi de tous les habitants : ils sont invités à développer leurs liens avec la police.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Moody’s révise la perspective associée à la note de...

Le Vice-président de la Polynésie française, ministre de l’économie et des finances, a présenté au gouvernement l’opinion de crédit publiée le 20...

Leadership, coaching pour entreprises : bientôt une académie en...

Pour s'adapter au monde d'après confinement et éviter les conférences et rassemblements, Pacific Ventury veut créer une...Publiée par TNTV Tahiti Nui Télévision...

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV