lundi 30 novembre 2020
A VOIR

|

À partir du 2 novembre, tous les cours se feront à distance à l’UPF

Publié le

En raison de la crise sanitaire liée à Tahiti et du nombre croissant de cas positifs à l’université de la Polynésie française (UPF), de nouvelles dispositions relatives aux enseignements sont mises en place à partir de lundi 2 novembre 2020.

Publié le 31/10/2020 à 9:06 - Mise à jour le 03/11/2020 à 9:19
Lecture 2 minutes

En raison de la crise sanitaire liée à Tahiti et du nombre croissant de cas positifs à l’université de la Polynésie française (UPF), de nouvelles dispositions relatives aux enseignements sont mises en place à partir de lundi 2 novembre 2020.

À partir de lundi 2 novembre, l’UPF appliquera les directives de l’État concernant les universités, à savoir tous les cours ont lieu en distanciel, sauf les cours de CUPGE, maintenus en présentiel et avec respect des jauges d’accueil à 50%, mesures sanitaires strictes. Le campus d’Outumaoro reste ouvert, seuls les enseignements sont dématérialisés.

Pour les étudiants :
– Les cours ont lieu en distanciel, mais le campus n’est pas fermé.
– La plupart des contrôles auront lieu en présentiel, en respectant dans les salles la jauge de 50% des places, ce qui impliquera sans doute plusieurs salles d’examens en parallèle.
– Une enquête flash va être transmise aux étudiants pour identifier ceux qui sont en rupture d’outils numériques. Ils pourront bénéficier d’un prêt d’ordinateur, voire d’un accès internet. En cas d’absence de solution, pour les quelques étudiants concernés, ils pourront assister aux cours à distance, sur place à l’université, dans des espaces équipés de postes connectés.
– La bibliothèque réduit également ses capacités d’accueil à 50%.
– Le restaurant universitaire sera toujours accessible, avec le respect très strict et encadré des distances et gestes barrières, pour permettre aux étudiants logés à proximité, ou de passage, de pouvoir se restaurer.
– Les étudiants le pouvant sont invités à se connecter tous les jours sur leur environnement numérique de travail (ENT) afin de se tenir informés des modalités les concernant.

D’autres aménagements sont en réflexion et seront communiqués aux étudiants, personnels et enseignants en fonction de l’évolution de la situation.

Les services recevant les étudiants restent accessibles dans leurs horaires habituels. Il est néanmoins souhaitable d’utiliser au maximum le contact dématérialisé (site UPF, mail, téléphone).

Pour les enseignants :
– Tous les cours ont lieu en distanciel.
– Les tutoriels, les modalités et options techniques pour la captation ont été partagées, la cellule TICE est mobilisable, avec un planning de charge pour lequel l’établissement va débloquer des moyens supplémentaires pour faciliter la transition rapide vers le distanciel.
– Cette situation est globale pour toutes les filières, tous les étudiants.
– Les contrôles sont maintenus en présentiel, sauf demande de l’enseignant. Les étudiants ne quittent donc pas Tahiti. Le campus n’est pas fermé.

Plus d’informations sur le site internet de l’UPF.

infos coronavirus

Malgré la Covid, forte affluence au marché de Papeete le dimanche

Alors que les bars, discothèques et salles de sport sont fermés et les animations commerciales en plein air interdites, le marché de Papeete, lui, était encore bondé ce dimanche. La direction a renforcé son dispositif afin de lutter contre la propagation du coronavirus, mais il reste difficile de faire respecter la distanciation sociale en raison de l'affluence...

À Raiatea, le ma’a tahiti pour aider les jeunes à s’en sortir

Pour sortir du marasme économique, à Raiatea, une famille de Tumaraa mise sur un savoir-faire ancestrale : le "ahi ma'a". Depuis le début de la crise, plusieurs jeunes se retrouvent sans emploi, et le retour aux sources pourrait les aider à sortir de ce mauvais pas...

Eugène Sommers, président du CESEC : « Il y a 640 milliards qui dorment » dans les banques

Afin de faire un tour d’horizon de l’actualité, Eugène Sommers, président du Conseil Économique, Social, Environnemental et Culturel de la Polynésie française (CESEC), était l'invité de notre journal :