À Papeete, plus de parking privés pour toujours plus de demande

Publié le

Limité par ses 2530 places payantes dénombrées en 2022, Papeete doit s'appuyer sur les parkings privés pour absorber le flux d'automobilistes stationnant en ville chaque jour. Si c'est une aubaine pour leurs exploitants, ils ne suffisent toutefois pas à répondre à l'augmentation du parc automobile à Tahiti.

Publié le 21/05/2024 à 17:27 - Mise à jour le 22/05/2024 à 14:25

Limité par ses 2530 places payantes dénombrées en 2022, Papeete doit s'appuyer sur les parkings privés pour absorber le flux d'automobilistes stationnant en ville chaque jour. Si c'est une aubaine pour leurs exploitants, ils ne suffisent toutefois pas à répondre à l'augmentation du parc automobile à Tahiti.

Ils poussent comme des champignons dans la capitale pour accueillir les dizaines de milliers de véhicules qui affluent à Papeete chaque jour. Simples à établir d’un point de vue administratif, les parkings privés séduisent les propriétaires fonciers. « On fait ce qu’on veut auprès de l’urbanisme, assure Charles, propriétaire d’un parking privé. Si on veut construire un immeuble dessus, on doit bien sûr formuler une autre demande » .

Sur les 50 à 60 places de stationnement de son parking, la plupart sont réservées aux clients réguliers qui paient un forfait mensuel de 19 000 Fcfp. Seules 10 places sont disponibles pour les usagers occasionnels. À 200 francs de l’heure, l’investissement est rentable. « On essaie de garder le prix moyen, pas trop élevé, pour tous ceux qui essaient de trouver une place et travaillent autour de Papeete » , poursuit Charles.

L’augmentation du nombre de parkings privés dans l’agglomération suit celle du parc automobile en circulation à Tahiti. Mais avec une quarantaine de places en moyenne, ces parkings ne suffisent pas à répondre à la demande.

En 2022, on comptait 2530 places payantes à Papeete, parkings communaux et privés confondus.

Dernières news

Activer le son Couper le son