lundi 26 octobre 2020
A VOIR

|

À Papara, le projet de route du Sud inquiète

Publié le

Le projet de route du sud continue de faire polémique, avec une pétition menée par l’association A Aupuru ia Papara. Son président Bernard Roure craint l’expropriation de 800 familles de Papara, bien que ce projet ne soit pas encore à l’ordre du jour.

Publié le 02/10/2020 à 10:10 - Mise à jour le 02/10/2020 à 10:10
Lecture < 1 min.

Le projet de route du sud continue de faire polémique, avec une pétition menée par l’association A Aupuru ia Papara. Son président Bernard Roure craint l’expropriation de 800 familles de Papara, bien que ce projet ne soit pas encore à l’ordre du jour.

Adjoint de l’ancien maire de Papara, Bernard Roure préside aujourd’hui la nouvelle association A Aupuru ia Papara. Avec ses membres, il sillonne les quartiers de la commune pour récolter des signatures contre le projet de route du Sud. « En à peine une semaine, on arrive déjà à presque 1.000 pétitionnaires qui ont signé », indique-t-il

« Je ne veux pas que cette route passe chez moi et je ne veux pas aussi qu’on casse ma maison, lance une habitante. J’ai signé cette pétition parce que je pense à mes enfants plus tard. »

Selon la maire de Papara, ce projet n’est même pas à l’ordre du jour… « Aujourd’hui, j’ai vu le faaterehau, il n’y en a pas, lance Sonia Punua. Il n’y a rien encore. » Mais la maire est ferme : son conseil et elle-même n’iront pas à l’encontre de la volonté de la population.

L’association compte organiser deux marches pour manifester son refus et sensibiliser la population. « Ces marches seront complètement apolitiques, assure Bernard Roure. Il faut bien être conscient de ça, c’est vraiment apolitique, contre ce projet, pour l’instant. »

À ce jour, seule la commune de Paea s’est prononcée formellement contre ce projet. Un projet de route qui devrait désengorger la route de ceinture entre Punaauia et Taravao.

infos coronavirus

La pollution atmosphérique pourrait augmenter la mortalité par Covid-19 de 15%

Une exposition à long terme à la pollution de l'air ambiant pourrait entraîner un risque accru de mourir du Covid-19, d'environ 15% en moyenne dans le monde, selon une étude internationale publiée mardi.

Covid-19 : Les communes des îles du Vent, relais de lutte face à l’épidémie

Ce matin, à la présidence, les représentants communaux étaient conviés à participer à un séminaire d’information. Les échanges ont porté sur le contexte sanitaire actuel et les outils disponibles pour les élus.