samedi 24 août 2019
A VOIR

|

À Manihi, vivre du tourisme n’est pas évident

Publié le

Publié le 13/11/2018 à 13:01 - Mise à jour le 13/11/2018 à 13:01
Lecture 2 minutes

Manihi fait partie des magnifiques atolls des Tuamotu. C’est une île paradisiaque encore préservée qui compte moins de 700 habitants. Mais aujourd’hui, ce décor qui fait rêver ne suffit plus à attirer le voyageur. Malgré une amélioration du taux de fréquentation dans certains atolls voisins, grâce notamment à l’arrivée des nouvelles compagnies aériennes, Manihi subit quant à elle la crise avec deux des trois pensions de l’île qui ont du mal à joindre les deux bouts.
 
“On n’a pas un client, souffle Manu, le propriétaire de la pension Poerani Nui. On a énormément de choses à faire. On a déjà un grand manque d’avions qui viennent de Rangiroa par rapport aux clubs de plongée, parce qu’il n’y a plus que quatre atolls aux Tuamotu où tu as de la plongée. Après on parle de l’effet French Bee, mais nous, à Manihi, on n’a encore rien senti…”
 
“Je pense que quand il y aura plus de pensions, les avions reviendront, analyse de son côté Vaiana, la propriétaire de la pension Nanihi Paradise. Là, on est que trois, on ne va pas aller loin…”
 
Depuis la fermeture du Manihi Pearl Beach en 2012, les choses se sont dégradées pour ces gérants de pensions de famille. Le nombre de vols domestiques ayant diminué, Manihi est tombée petit à petit dans l’oubli. La seule pension qui réussit encore à subsister est située au cœur de l’unique village de l’atoll. Les trois bungalows de la pension Manihi Pearl Village, propriété de la famille Drollet, sont souvent occupés par les professeurs, les commerciaux et autres travailleurs de Tahiti en mission pour quelques jours sur l’atoll.
 
Étant situées au secteur, sur les motu, les pensions de Vaiana et Manu ne profitent donc pas de cette clientèle de Tahiti. Leur public visé reste le touriste qui a décidé de découvrir l’île et ses trésors cachés.
Encore aujourd’hui, ils tiennent bon et cherchent des solutions. Vaiana, par exemple, a le projet d’organiser des soirées de concert sur son motu, avec un artiste bien connu au fenua.
 
D’autres y croient aussi, comme Bernard Tora, qui a décidé de créer un centre de plongée en 2016. Pour lui, Manihi pourrait être le nouveau paradis des plongeurs sous-marins.
 
“Déjà, Manihi c’est un cadeau, se réjouit-il. La plongée, c’est fantastique ! Tous les gens qui sortent de l’eau disent qu’ils ont rarement vu ça. C’est gavé de poissons, l’eau est très claire, limpide, chaude. Il y a du corail en parfait état. Ce sont des choses que les gens voient malheureusement de moins en moins à cause de la population, de la pollution, de tout un tas de choses…”
 
Vivre du tourisme à Manihi n’est pas évident, mais les acteurs du tourisme ne désespèrent pas… Il semblerait que des jours meilleurs se profilent à l’horizon pour ces acteurs du tourisme. En effet, l’hôtel a trouvé dernièrement un nouvel acquéreur, cela pourrait ramener un certain équilibre dans ce secteur.
 
 

Rédaction web avec Ingrid et André Vohi
 

Laissez un commentaire

épidémie de dengue

DOSSIERS DE LA REDACTION

Économie : l’embellie se confirme en Polynésie

Au volet économie, la reprise de l’activité se confirme ! L’IEOM, l’AFD et l’ISPF ont présenté mercredi les comptes économiques rapides 2018 de la Polynésie. Ils révèlent un Produit intérieur brut en progression de 2,5 %. Les principaux moteurs de cette croissance sont la consommation des ménages, les exportations et les investissements. Les détails dans ce dossier :

Le recyclage des déchets numériques en Polynésie

Comment recycler vos déchets électriques et électroniques ? Que deviennent-ils ? Qui finance les collectes ? Autant de questions essentielles pour notre environnement. Depuis le mois de juin, des opérations menées par Fenua Ma ont permis de récolter près de 30 tonnes de déchets auprès des particuliers. Un défi à relever pour la planète, mais qui n’est pas facile à mener.

Animaux errants, divagants… que font les communes pour endiguer le problème ?

Les animaux errants incarnent un souci permanent pour les Tavana à la recherche de solutions. À Bora Bora, une vaste campagne de stérilisation a été lancée en 2016, et cette année, l’île s’est aussi dotée d’un chenil géré par l’association "Bora Bora animara".

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

vidéos populaires

Super Aito : Steeve Teihotaata compte bien conserver son...

Ce samedi sur Tahiti Nui Télévision, vous pourrez suivre en direct le Super aito 2019. Plus de 160 rameurs sont attendus pour la "course V1" de l’année. Parmi eux, le champion en titre Steeve Teihotaata :

Comment lutter contre les “fake news” ?

Si les fausses informations circulaient déjà bien avant l’avènement des réseaux sociaux, depuis leur arrivée, on ne compte plus le nombre d’intox. Véritable fléau, les "fake news" font hélas partie du quotidien des internautes.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV

X