mercredi 20 octobre 2021
A VOIR

|

À Makemo, l’eau potable est précieuse

Publié le

Selon le code général des collectivités territoriales (CGCT), toutes les communes doivent de fournir de l’eau potable à leur population d’ici 2024. Makemo et ses îles voisines, Katiu, Taenga, Raroia et Takume sont déjà prêtes.

Publié le 26/09/2021 à 15:22 - Mise à jour le 27/09/2021 à 8:56
Lecture 3 minutes

Selon le code général des collectivités territoriales (CGCT), toutes les communes doivent de fournir de l’eau potable à leur population d’ici 2024. Makemo et ses îles voisines, Katiu, Taenga, Raroia et Takume sont déjà prêtes.

En dehors du village de Pouheva, la plupart des foyers ont accès à un puits. Ceux qui en ont les moyens, ont des citernes d’eau chez eux. À cela, s’ajoutent 13 bassins d’eau de pluie, en bord de route. À un kilomètre de distance chacun, ils permettent aux travailleurs de se ravitailler sur le chemin. À l’époque des missionnaires, ces derniers étaient construits à la chaux. Aujourd’hui en ciment, ils offrent une capacité de 300m3. “Ce sont des bassins en forme de L. Lorsqu’il pleut, l’eau tombe dans ces bassins, et rentre à l’intérieur de la citerne. (…) Plutôt que la population se déplace dans le village, elle s’oriente vers ces bassins. La méthode, aux Tuamotu, c’est qu’on chauffe l’eau et on la boit. Pour le ma’a et pour se laver également” explique Félix Tokoragi, maire de Makemo.

(Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

“Notre eau est propre. On peut la boire, se baigner avec… On ne peut pas gaspiller l’eau, c’est important pour les gens d’ici” confie Titine, habitante de Makemo.

Depuis 2017, 8 citernes d’eau potable ont été installées sur l’atoll à la disposition des usagers. L’école catholique Camica dispose de ses propres installations. Filtrée à la demande, le prix du litre d’eau est de 20 Fcfp. Et lors des périodes de sècheresse, la population fait appel à elle. “Cela fait presque 7 mois qu’il ne pleut pas, alors, on économise l’eau. C’est difficile. (…) Avec le château d’eau, on peut mieux contrôler l’eau. Il ne faut pas gaspiller l’eau. Elle est précieuse” admet Abel Maro, habitant de Makemo.

Un Paumotu consomme en moyenne 10 à 15 litres d’eau par jour. “Nous avons les dispositifs pour pouvoir fournir de l’eau potable à notre population via le système de filtrage. Donc d’ici 2024, nous aurons répondu à la problématique de l’eau potable” indique le tavana.

(Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

Deux citernes supplémentaires de 50m3 sont attendues sur une parcelle domaniale de 300m2 (photo ci-dessus). La commune n’attend plus que le feu vert du Pays pour démarrer les travaux. 

Rédigé par

Article précédentFaster
Article suivantÉdition spéciale : point santé

infos coronavirus