lundi 27 septembre 2021
A VOIR

|

À Mahina, des activités périscolaires pour lutter contre l’exode scolaire

Publié le

À Mahina, les élèves terminent l’école à 13h45 tous les jours, depuis plus de 30 ans. Des horaires de classes qui ne conviennent pas toujours aux parents. Pour éviter l’exode scolaire, la municipalité travaille depuis octobre dernier sur la mise en place d’activités périscolaires encadrées. Une solution communiquée en personne aux familles, par le maire et ses équipes.

Publié le 11/04/2021 à 15:13 - Mise à jour le 11/04/2021 à 15:55
Lecture < 1 min.

À Mahina, les élèves terminent l’école à 13h45 tous les jours, depuis plus de 30 ans. Des horaires de classes qui ne conviennent pas toujours aux parents. Pour éviter l’exode scolaire, la municipalité travaille depuis octobre dernier sur la mise en place d’activités périscolaires encadrées. Une solution communiquée en personne aux familles, par le maire et ses équipes.

“Là bas ils finissent à 15h30 et les enfants préfèrent passer du temps à l’école, confie Tepoe Teissier une maman. Ça m’arrange aussi.”

Comme elle, de nombreux parents de Mahina préfèrent scolariser leurs enfants dans d’autres communes en raison des horaires de classes. Avec un nombre insuffisant d’élèves, trois classes de maternelle pourraient bientôt fermer. Une situation qui n’a pas échappé au maire de la commune. Avec ses équipes, ils sillonnent les quartiers à la rencontre de ces familles, solution clé en main.  “À Mahina la particularité c’est qu’on finit les classes à 13h45 et ça nous incite à proposer quelque chose hors temps scolaire parce que c’est notre grande particularité, admet le maire Damas Teuira. Il n’y a que à Mahina. On a à peu près les mêmes horaires qu’aux Tuamotu. (…) Aujourd’hui on a fait quand même de gros quartiers comme le Taharaa, on a fait Tuauru, on a fait la Pointe Vénus, on a fait la Socredo, Fereroi, maintenant on se trouve à Hitimahana.”

Pour convaincre les parents, la municipalité a mis en place une stratégie avec l’élaboration d’un projet éducatif local. “Ce dispositif sur lequel on a travaillé depuis le mois d’octobre l’année dernière et qui va consister donc à prendre en charge les enfants à partir de la SG jusqu’en CM2, de 13h45 à 16h15 pour leur proposer des activités diverses et variées : des activités sportives en lien avec la culture, en lien avec la musique et plein d’autres choses“, explique Nathalie Bigorgne, adjointe au maire, en charge de l’éducation.

Pour les familles les moins fortunées, le forfait annuel sera à 2000 Fcfp. Et à 10 000 Fcfp par période scolaire, pour les autres.

Rédigé par

infos coronavirus