A VOIR

|

À l’école Hitimahana, une seconde vie pour les jouets

Publié le

L’école Hitimahana s'est transformée en atelier du Père Noël l’espace d’une journée. Le collectif Tata’i, spécialisé dans la réparation, a remis à neuf plusieurs centaines de jouets. Poupées, vélos, camions, et jeux électroniques ont retrouvé une fraîcheur et pourront rendre heureux d’autres enfants dans quelques jours.

Publié le 17/12/2022 à 16:32 - Mise à jour le 17/12/2022 à 17:32
Lecture 2 minutes

L’école Hitimahana s'est transformée en atelier du Père Noël l’espace d’une journée. Le collectif Tata’i, spécialisé dans la réparation, a remis à neuf plusieurs centaines de jouets. Poupées, vélos, camions, et jeux électroniques ont retrouvé une fraîcheur et pourront rendre heureux d’autres enfants dans quelques jours.

Noël, synonyme de partage : c’est ce que souhaite rappeler l’association Tata’i, composée de réparateurs engagés. Ce samedi, elle s’est installée sous le préau de l’école Hitimahana, où elle a trié, nettoyé, et redonné une seconde vie à des jouets offerts par les enfants de la commune de Mahina.

Emballés dans des sacs confectionnés spécialement pour Noël, ces jeux vont être offerts à des enfants qui n’en disposent pas à la maison. Une action solidaire et écologique qui ne manquera pas profiter à ne nombreux enfants du fenua.

Des dizaines d’emballages sur-mesure ont été cousus par des bénévoles comme Moea, pour remplacer les papiers jetables : “Nous n’utilisons pas de papier cadeau, souligne-t-elle. On a une équipe de couturières qui coud des sacs depuis déjà 1 mois. Ces sacs pourront être réutilisés pour faire ses courses ou juste pour ranger les jouets“.

Après un village de Noël en objets de récupération, cette année, ce sont les jouets que cible Mahina. Ils ont été collectés durant plusieurs semaines dans les écoles de la commune et sont, pour la plupart, dans un état correct.

Nous avons fait le lien avec les écoles, par le biais des directeurs et directrices qui ont diffusé des mots aux parents, note Nathalie Bigorne, élue en charge de l’éducation à Mahina. Ce sont des jouets neufs ou que l’on peut réparer, ça fait le bonheur de tous les enfants de la commune“.

À l’entrée de l’atelier, une zone de tri. Les jouets qui peuvent encore servir sont ensuite nettoyés, remis en état. Si besoin, des ajustements sont faits. C’est la troisième fois que le collectif Tata’i organise ce type d’opération.

Lire aussi : Tata’i, un espace collaboratif pour réparer vos objets du quotidien

Le collectif insiste sur son objectif environnemental, dans un mode de consommation linéaire : “On va extraire des matières premières pour produire des jouets. Quand on regarde les jouets pour les enfants en bas âge, très souvent, ils ne les utilisent pas longtemps, souffle Moea. On aimerait redonner l’esprit de Noël, dont on s’éloigne beaucoup aujourd’hui“.

Des dizaines de bénévoles, de tous horizons et parfois résidant de l’autre coté de l’île, ont passé leur samedi dans cet atelier du Père Noël atypique. Stéphanie, autre bénévole, fait partie de l’équipe électronique : “En règle générale, c’est un fil qui s’est dénudé, ou des gens qui ont laissé des piles couler dans le circuit électronique. C’est un petit coup de papier verré, de produit contact et ça repart“, affirme-t-elle.

“On a l’impression de créer des choses en redonnant vie à un objet qui ne marche pas”, glisse Michel, bénévole de Titi’a (Crédit Photo : Tahiti Nui Télévision)

En renfort du Père Noël, ces paquets seront remis dans la semaine aux enfants de la commune dont le pied du sapin n’est pas très garni. Avec l’espoir que ces jouets reprennent vie dans les bras de leurs nouveaux propriétaires.