mercredi 21 août 2019
A VOIR

|

À la découverte des plantes dépolluantes aux Floralies de Tahiti

Publié le

ENVIRONNEMENT - Les Floralies se déroulent jusqu'à dimanche au parc expo de Mama’o. Cette année, les horticulteurs ont choisi de mettre en avant les plantes dépolluantes. Très à la mode, elles ont la réputation d’assainir l’intérieur. Argument de vente ou réalité ? Éléments de réponse avec un botaniste.

Publié le 31/05/2019 à 14:33 - Mise à jour le 20/06/2019 à 8:21
Lecture 2 minutes

ENVIRONNEMENT - Les Floralies se déroulent jusqu'à dimanche au parc expo de Mama’o. Cette année, les horticulteurs ont choisi de mettre en avant les plantes dépolluantes. Très à la mode, elles ont la réputation d’assainir l’intérieur. Argument de vente ou réalité ? Éléments de réponse avec un botaniste.

Frédérick Jacq est un spécialiste des végétaux. Ce botaniste de formation a étudié les plantes d’intérieur et connait bien leurs propriétés dépolluantes. Dans les allées des Floralies à Mamao, il nous en montre de nombreuses variétés. Certaines, bien connues : “Le philodendron rouge est très bien pour tous les composés organiques volatils qui vont se libérer de ce qui est vernis ou cirage du bois. On a la plante-araignée aussi qui est très bien pour tout ce qui est monoxyde de carbone.”

On recense aussi le Pothos, qui absorbe très bien le monoxyde de carbone, ou encore l’aloe vera, très efficace contre les ondes électromagnétiques.
“Ce sont des plantes courantes, qu’on a toujours à portée de main et que certains ne connaissent pas. Aujourd’hui c’est vraiment un plaisir de faire connaître ce qui est dans notre jardin et qui peut dépolluer nos maisons”, se réjouit Marieta Horo’i, horticultrice depuis 37 ans.

Ces propriétés dépolluantes sont encore méconnues au fenua, pourtant, les scientifiques les étudient depuis les années 90. C’est la Nasa qui, en premier s’est intéressée aux propriétés de ces plantes, pour assainir l’air des navettes spatiales.

Aujourd’hui on recense plus d’une cinquantaine de variétés, plus ou moins efficaces et surtout, plus ou moins adaptées à certaines molécules. “Il faut savoir aussi les différents composés qu’elles absorbent le mieux et évidemment ces composés vont se trouver répartis de façon inégale dans la maison. Le monoxyde de carbone sera plus présent dans la cuisine ou la salle de bain. Par contre tout ce qui sera composé organique volatil type formaldéhyde, tout ce qui est colle, cirage, ce sera plus le salon, des endroits où il y a des meubles, où on a entreposé des choses”, explique le spécialiste.

Pour en savoir plus sur les propriétés ce ces plantes, les mama vous attendent aux floralies jusqu’à dimanche soir.

REPORTAGETamara Sentis

Laissez un commentaire

épidémie de dengue