jeudi 28 mai 2020
A VOIR

|

À 17 ans, elle obtient la meilleure note au BAC : 19.8/20

Publié le

Publié le 23/06/2016 à 15:01 - Mise à jour le 23/06/2016 à 15:01
Lecture 2 minutes

« Les gens pensent plutôt que je suis travailleuse et coincée, comme je suis assez bonne élève, sauf que ce n’est pas l’image que je veux donner de moi« . Être bonne élève est une belle récompense pour les efforts fournis, mais ce n’est pas toujours facile à vivre pour Linda Mou Chi Youk. À 17 ans, elle est la meilleure bachelière parmi les 5345 élèves qui ont passé leur baccalauréat cette année. Si elle a obtenu la note de 19.8/20, ce n’est pas un hasard. Linda a toujours, malgré elle, été bonne élève. « Depuis qu’elle est petite, elle a toujours bien travaillé, je suis super contente », confie sa mère.
 
Une fierté pour la famille Mou Chi Youk. Linda suit la lignée de son père et de son frère qui ont aussi excellé dans leurs scolarités. Tous les deux ont suivi des études de commerces. Le business, le commerce, c’est une histoire de famille. La jeune bachelière projette aussi de poursuivre dans cette filière. Elle va intégrer une école de commerce à la rentrée prochaine à Montréal.
 
Pour intégrer cette école, elle a dû faire beaucoup d’efforts. « Elle travaillait beaucoup, et ne dormait presque pas. Elle se levait à 3h30 pour réviser », dévoile Alène Mou Chi Youk, la mère de Linda. Elle n’a pas attendu les dernières semaines pour revoir ses cours. Studieuse, elle a commencé à travailler dès le mois d’août. La major des bacheliers est une jeune femme qui en veut ! « Quand je me donne un objectif je fais tout pour l’atteindre je ne lâche pas en cours de route, et je suis très patiente », confie-t-elle. Des qualités parmi tant d’autres. Car Linda parle plusieurs langues : le haka, le mandarin et l’espagnol. Des atouts qui lui serviront dans ses futures études.
 
Mais Linda regrette que l’étiquette de la bonne élève lui soit collée. « Comme je suis assez bonne élève, sauf que ce n’est pas l’image que je veux donner de moi, par exemple si je rate mon examen, tout le monde aura les yeux rivés sur moi parce qu’ils se disent que je suis une bosseuse et ce n’est pas vraiment l’image que je veux donner de moi. Du coup avec mes amis, j’essaie de sortir plus souvent, de faire la fête. » À côté de ses études, Linda joue de l’alto, un instrument à cordes, et comme les jeunes de sa génération, elle aime regarder des séries télévisées.
 
Linda fêtera ses 18 ans dans quelques jours et quittera le fenua pour Montréal où elle poursuivra ses études dans une école de commerce.

 
Rédaction Web (Interview Tauhiti Tauniua)

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV