dimanche 25 octobre 2020
A VOIR

|

80 tonnes de nono pesées à Raiatea

Publié le

À Raiatea, la production de nono ne faiblit pas. Pour sa quatrième pesée depuis la fin du confinement, la récolte du mois s’élève à près de 80 tonnes. Une ressource agricole qui bénéficie à plusieurs centaines d’habitants...

Publié le 01/08/2020 à 13:48 - Mise à jour le 01/08/2020 à 16:50
Lecture 2 minutes

À Raiatea, la production de nono ne faiblit pas. Pour sa quatrième pesée depuis la fin du confinement, la récolte du mois s’élève à près de 80 tonnes. Une ressource agricole qui bénéficie à plusieurs centaines d’habitants...

Après deux à trois semaines de récolte, les nono (pour faire du noni) sont enfin prêts à être pesés : 400 fûts au total soit près de 80 tonnes de fruits mûrs. Malgré la crise, l’activité bat son plein et profite à près de 500 personnes sur l’île. Un travail moins harassant que la coprahculture selon certains. « Il y a juste à nettoyer le terrain, casser les nono, ramasser, ranger… Et après tu attends 4 jours que ça mûrit, tandis que le coprah il faut aller chercher le coco… Et là, il y a pas besoin de soleil » explique Jean-Claude Pihahuna, agriculteur de Faaroa.

Le prix du kilo gagne 5 Fcfp et passe à 55 Fcfp. Une source de revenu non négligeable pour les agriculteurs. « Cela aide beaucoup pendant les périodes difficiles, surtout qu’en ce moment il n’y a pas beaucoup de chantiers » admet Jean-Claude Pihahuna.

À chaque pesée, la marchandise est contrôlée. Vouée à l’exportation, la production se veut irréprochable. Abel Teriipaia, représentant de la société Morinda à Raiatea, mise sur la qualité plutôt que la quantité. Un contrôle nécessaire pour assurer la pérennité de l’emploi. « Je contrôle même les faapu voir s’ils n’ont pas mis d’engrais, et à partir du moment où c’est un produit consommable, cela part à l’étranger. Je n’aimerai pas qu’on nous reproche un problème de qualité avec le nono de Polynésie » précise Abel Teriipaia.

Les agriculteurs devront patienter jusqu’à septembre pour la prochaine pesée.

REPORTAGERony Mou-Fat

infos coronavirus