mardi 27 septembre 2022
A VOIR

|

72 000 litres de carburant livrés à Raiatea et Tahaa par l’Aranui

Publié le

La compagnie maritime polynésienne Aranui a été sollicitée par Petropol Mobil pour transporter du gasoil vers les îles Sous-le-Vent, privées depuis jeudi dernier de desserte maritime. Une solution d’urgence pour éviter des conséquences dramatiques aux Raromatai.

Publié le 06/03/2022 à 17:00 - Mise à jour le 06/03/2022 à 16:11
Lecture < 1 min.

La compagnie maritime polynésienne Aranui a été sollicitée par Petropol Mobil pour transporter du gasoil vers les îles Sous-le-Vent, privées depuis jeudi dernier de desserte maritime. Une solution d’urgence pour éviter des conséquences dramatiques aux Raromatai.

7 heures ce dimanche, l’Aranui accoste sur le quai de Uturoa. À son bord : 120 croisiéristes, mais également une cargaison de 72 000 litres de gasoil pour ravitailler Raiatea et Tahaa, suite à l’arrêt complet des rotations des caboteurs aux Raromatai. “Nous avons profité de mettre 36 000 litres de gasoil à bord de l’Aranui pour Raiatea et 36 000 litres logés dans des containers spéciaux pour Tahaa. À court terme, c’est Tahaa qui sera en perte de gasoil, et je pense que ni la centrale électrique ni la population n’aimeront ça…” déclare Georges Siu, P.-D.G. de Petropol Mobil.

Pour ce navire en route pour les Australes, il s’agit avant tout d’être solidaire. “Les armateurs sont solidaires. On a déjà été sollicité une fois pour ramener aussi du carburant sur les Tuamotu en partance vers les Marquises, et nous avions accepté de les aider” explique Romina Wong, attachée de direction de l’Aranui.

Cette situation remet le sujet de l’aménagement de cuves de stockage de carburant aux Raromatai sur la table. Aujourd’hui encore, les stations travaillent à flux tendu, et il suffit d’un rien pour déséquilibrer tout le système de distribution : “Chaque fois qu’un navire vient, c’est des camions citernes, donc c’est beaucoup de manoeuvres. On transfère dans le camion, on va à la centrale, on revient… Il y a certainement des choses à revoir avec le service de l’Équipement, le Pays… pour que les choses se fassent en toute sécurité et en qualité” ajoute Georges Siu.

Le stock livré à ce jour permettra de tenir au plus tard jusqu’à mardi. Si les caboteurs ne reprennent pas du service d’ici là, la situation risque de devenir critique aux Raromatai.

infos coronavirus