lundi 1 juin 2020
A VOIR

|

55 bons d’aides en matériaux et 4 clés de Fare OPH remise à des familles

Publié le

Une cérémonie de remise de bons d’aides en matériaux et de clés de "Fare OPH" s’est déroulée cet après-midi, dans les jardins du siège de l’OPH (Office polynésien de l’habitat) à Pirae, en présence notamment, du ministre du Logement et Président du conseil d’administration de l’OPH, Jean-Christophe Bouissou, et du directeur général de l’OPH, Moana Blanchard.

Publié le 08/08/2019 à 16:45 - Mise à jour le 08/08/2019 à 16:50
Lecture < 1 min.

Une cérémonie de remise de bons d’aides en matériaux et de clés de "Fare OPH" s’est déroulée cet après-midi, dans les jardins du siège de l’OPH (Office polynésien de l’habitat) à Pirae, en présence notamment, du ministre du Logement et Président du conseil d’administration de l’OPH, Jean-Christophe Bouissou, et du directeur général de l’OPH, Moana Blanchard.

Au total 55 bons d’aides en matériaux et 4 clés de « fare » OPH ont été remis à plusieurs familles en provenance des communes de Arue, Paea et Hitiaa.

(Crédit photo : Présidence de la Polynésie française)
(Crédit photo : Présidence de la Polynésie française)

Les familles ayant bénéficié de leur « fare » se sont acquittées d’une participation financière allant de 15 000 Fcfp à 500 000 Fcfp en fonction de certaines modalités, notamment de leurs revenus et du nombre de personnes à charge. Le montant global de la subvention publique qui a été, ainsi, accordé, en incluant l’opération de demain à Taravao, s’élève à environ 122 000 000 Fcfp.

Par ces dispositifs, le Pays répond au besoin légitime d’accession à la propriété et de décohabitation des familles de Tahiti et de ses îles ce qui permet de lutter contre les inégalités et de contribuer à l’accessibilité à un logement digne.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Déconfinement : les points-clés de la deuxième étape en...

Edouard Philippe a présenté jeudi la deuxième étape du déconfinement, lors de laquelle "la liberté redevient la règle et l'interdiction constitue l'exception", a-t-il indiqué, en se félicitant que les résultats sanitaires soient "bons". Toutes les restrictions qui demeurent doivent être réévaluées le 22 juin.

Le « poi », met ancestral de l’île de Rurutu

À Rurutu, dans l'archipel des Australes, chaque famille possède ses champs de taro. Plusieurs fois par semaine, les habitants de l'île préparent ce qu'on appelle le "poi", un pain fabriqué à partir de ce tubercule.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV