A VOIR

|

3ème jour de recherches à la Maroto, toujours pas de traces des disparus

Publié le

Les recherches se poursuivent pour tenter de retrouver les 4 personnes disparuées, après que leur véhicule ait été emporté par la rivière de la Maroto. Particuliers et professionnels se mobilisent depuis dimanche.

Publié le 08/11/2022 à 16:52 - Mise à jour le 09/11/2022 à 18:51
Lecture 4 minutes

Les recherches se poursuivent pour tenter de retrouver les 4 personnes disparuées, après que leur véhicule ait été emporté par la rivière de la Maroto. Particuliers et professionnels se mobilisent depuis dimanche.

Des moyens importants ont été déployés pour retrouver la femme enceinte et les trois enfants disparus lors d’une crue dans la vallée. Pour rappel, dimanche vers 16 heures 30, un véhicule avec six personnes à bord a disparu emporté dans la rivière de la Maroto. Une demi-heure plus tôt, deux voitures, occupées principalement selon les gendarmes, par les gérants du Relais de la Maroto, traversaient un passage à gué. Si le premier véhicule passe, le deuxième en difficulté, cale, et se retrouve coincé au milieu. Le conducteur du premier véhicule va alors tenter de leur venir en aide, mais devant la force de la rivière en crue, ils sont tous les six emportés : un couple dans la cinquantaine et leurs deux petits enfants âgés de 15 et 4 ans, ainsi qu’une femme enceinte d’une trentaine d’années et son fils de 7 ans. Seule une femme, la quinquagénaire, a été retrouvée et secourue. Le véhicule a lui aussi été retrouvé vide et cabossé au milieu de la rivière. Le corps sans vie de son mari a été repêché à son tour quelques heures plus tard.

(Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

Hier, lundi, les recherches se sont poursuivies pour retrouver la femme et les trois enfants. Des spécialistes du secours en montagne et des sauveteurs aquatiques sont sur place, ainsi que des particuliers, et les familles des victimes.

Une quarantaine de gendarmes, 12 sapeurs-pompiers de 3 centres de secours, 40 guides et chasseurs de la vallée sont mobilisés. L’hélicoptère Dauphin assure quotidiennement une reconnaissance aérienne dans la vallée et sur la côte. Des renforts spécialisés dans le secours en montagne sont aussi sur place, comme la fédération polynésienne de protection civile avec des sauveteurs aquatiques et un soutien sanitaire.

Ce mardi, gendarmes, pompiers, nageurs, chasseurs de la vallée, civils… étaient de nouveau présents sur les lieux pour le troisième jour de recherche. Ils sont environ 150 personnes à se relayer, et repasser plusieurs fois sur le même endroit.

La protection civile a déployé aujourd’hui un dispositif spécifique aux zones dangereuses. Plusieurs équipes de plongeurs, le groupe de secours en milieu périlleux, nouvellement crée, des équipes de recherche spécialisées en eaux vives, et même des drones. Des recherches également poursuivies en mer, avec un dispositif similaire à celui de la veille. Mais ce qui caractérise surtout ces recherches : c’est l’immense solidarité dont font preuve les bénévoles, nombreux, à se mobiliser.

“On est plusieurs personnes à tourner. Notre mission, c’est la recherche. On fait notre maximum. On fouille tout. On met aussi en sécurité les civils qui sont présents sur les lieux” indique Julien Marchandise, sapeur pompier volontaire du groupe secours en milieu périlleux.

“On a trouvé beaucoup de vêtements, mais comme les crues charient beaucoup de déchets et de vêtements, on est pas certains que ce soit les leurs”

Jérémy Poussac, officier à la direction de la protection civile

Désormais, l’eau est claire, le niveau a baissé, tout comme le courant… Les berges sont plus accessibles, ce qui facilitent les recherches. “Les recherches sont toujours en cours dans la vallée de la Papenoo. Nous avons sectorisé la vallée en deux secteurs : haut et bas. Le niveau de l’eau nous permet maintenant de faire des recherches assez fines et précises. La clarté de l’eau, notamment en partie haute, nous permet d’avoir une bonne visibilité” précise le Capitaine Jérémy Poussac, officier à la direction de la protection civile du haut-commissariat.

“On va retrouver nos enfants. Je suis confiant” confie, ému, le père de la femme enceinte.

Une messe pour les disparus aura lieu ce soir, à 18 heures, à l’Église protestante de Papenoo.