samedi 6 juin 2020
A VOIR

|

35.5 millions Fcfp pour Papeete, Teva I Uta, Tatakoto et Faa’a

Publié le

Publié le 28/03/2017 à 14:53 - Mise à jour le 28/03/2017 à 14:53
Lecture 3 minutes

Dans le cadre de la politique du Pays d’accompagnement et de soutien des opérations d’investissement des communes, le Conseil des ministres a adopté 9 arrêtés d’octroi de financement au profit des communes de Papeete, de Teva I Uta, de Tatakoto et de Faa’a représentant une participation globale du Pays de plus de 35.5 millions Fcfp, sur un total d’investissements communaux de 59 millions Fcfp, soit un taux moyen de participation de 60 %.
 
Parmi ces projets, figurent principalement des études, jusqu’à l’avant-projet détaillé, pour la rénovation de la salle omnisports de Mataiea ainsi que la construction d’un complexe sportif à Papeari. D’un coût total de plus de 9 millions Fcfp, ces études sont soutenues par le Pays à hauteur de 7.4 millions Fcfp, la différence étant prise en charge par la commune sur fonds propres.
 
Ont aussi été validés les soutiens financiers de deux projets de rénovation ou d’extension des mairies de Papeari et de Faaa. Il s’agit ainsi d’études pour la rénovation et l’extension de la mairie annexe de Papeari – participation du Pays à hauteur de 2.6 millions Fcfp sur un investissement total de près de 3.3 millions Fcfp – mais également de travaux de rénovation de la charpente, avec couverture en pandanus, de 2 des fare du centre administratif de la commune de Faaa – participation du Pays à hauteur de plus de 9.5 millions Fcfp sur un total de 15.849 millions Fcfp.
 
Figurent également parmi les dossiers validés par le Conseil des ministres des acquisitions de véhicules d’intervention au profit de la commune de Papeete à destination de son service de police municipale mais aussi de la future brigade canine notamment pour la capture d’animaux errants ou dangereux – participation du Pays à hauteur de 7.4 millions Fcfp sur un investissement total de près de 14.8 millions Fcfp.
 
Enfin, le Pays soutient l’acquisition de 2 engins : l’un par la commune de Tatakoto pour ses opérations de manutention des marchandises et matériaux à l’arrivée des goélettes et le second par la commune de Teva I Uta pour la réalisation de ses travaux en hauteur (élagages d’arbres, réparations électriques…).
 

Rédaction Web

Les autres point évoqués en conseil des ministres:
 
– Modification de la composition de la commission consultative des agréments fiscaux 
– Nomination du représentant titulaire et du représentant suppléant de la Polynésie française au conseil de surveillance de l’Institut d’émission d’Outre-mer
– Maintien du prix des hydrocarbures au 1er avril
– Projets de Rénovation Urbaine dans l’agglomération de Papeete
– Fréquentation touristique 2016 et perspectives 2017
– Agrément de transport aérien pour la compagnie Air Tahiti Nui
– Participation de l’administration à la course « La Tahitienne »
– Reprise des travaux relatifs à la stratégie polynésienne de lutte contre le cancer
– Accès au permis de conduire des personnes établies temporairement hors de Polynésie française
– Dégâts causés aux infrastructures du Pays par l’évènement pluvieux de mars aux Marquises
– Aide au Contrat de Travail Professionnel (ACT PRO) : vers des améliorations du dispositif
– ’Ori Tahiti: un livret pour la nomenclature des pas
 – Participation à la réunion régionale de préparation de la conférence des Nations Unies sur les océans programmée du 5 au 9 juin à New York

Les décisions du conseil des ministres dans son intégralité

 

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV