dimanche 12 juillet 2020
A VOIR

|

300 militaires se préparent à défiler le 14 juillet

Publié le

Publié le 11/07/2016 à 13:59 - Mise à jour le 11/07/2016 à 13:59
Lecture 2 minutes

Comme chaque année, le défilé du 14 juillet est un événement phare. Élément essentiel de la fête nationale, le défilé reste un moment important notamment pour ces hommes et ces femmes qui se sont engagés envers l’État. À J-2 du grand jour, les répétitions sont obligatoires. Et toujours le même mot d’ordre : la rectitude.
 
« Les exigences qu’on a sont toujours les mêmes : être le plus professionnel possible, le plus démonstratif possible pour montrer à la population que les forces armées, les moyens de secours, la police sont toujours prêts pour eux y compris pour le défilé », a confié le commandant Chasboeuf. Parmi les 300 engagés à effectuer une parade rue Pouvanaa a Oopa, il y aura Moroura Torohia. Ce mardi, certaines sections répétaient pour le jour-J. Depuis deux ans, elle est chargée de faire la revue d’effectif des forces armées en tahitien. Elle a intégré le ComSuP il y a 3 ans. Faire le défilé est toujours un moment attendu mais redouté pour les militaires et pour cause : « c’est toujours stressant parce que le 14 juillet, tout le monde est là pour te regarder défiler dans ta tenue mais  c’est aussi un honneur parce que tu représentes toute l’armée et les militaires qui ont vécu la galère », explique-t-elle.
 
Au total, 3000 militaires défileront sur les Champs-Elysées, alors qu’en Polynésie, 300 engagés se rendront place Pouvana’a a Oopa pour un défilé qui débutera à 9h45. Un défilé qu’il sera possible de revoir sur notre chaîne ce jeudi à 22h35.  
 

Rédaction Web (Interview Tauhiti Tauniua Mu Sam)

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Lutte contre le plastique : le Vanuatu en exemple

Le média digital Brut a consacré un reportage vidéo à l'archipel de Vanuatu. Nos cousins du Pacifique sont des pionniers en matière de lutte contre le plastique. Ce tout petit pays a réussi à trouver des alternatives pour éviter la consommation de plastique.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV