dimanche 11 avril 2021
A VOIR

|

3.6 milliards Fcfp pour que Nuutania ne soit plus la honte de la République

Publié le

Publié le 19/03/2017 à 16:39 - Mise à jour le 19/03/2017 à 16:39
Lecture 2 minutes

« Paradoxalement, les moyens on les a » précise d’emblée le garde des Sceaux, poursuivant, « d’habitude ce qui retarde une décision, ce sont les finances. Là, les finances sont inscrites depuis un moment, simplement, on a un problème de calibrage. » A savoir: « Pour être certain de la demande, il faut que l’on ait une expertise supplémentaire. On ne se lance pas dans 30 millions (d’euros NDLR) de travaux comme cela. »

3.6 milliards de Fcpf, c’est donc le coût auquel reviendront les travaux de réhabilitation de Nuutania, qui est loin de bénéficier de la modernité et du  « confort » de la nouvelle prison de Papeari.

« J’ai besoin de savoir avec précision quelles sont les attentes des autorités judicaires. Car lorsque vous êtes incarcéré dans un établissement comme celui là, c’est toujours une décision de justice. C’est sans doute avec le procureur général et le procureur de Papeete que nous pourrions voir si il faut un quartier de semi liberté par exemple. Ou, un quartier dédié aux mineurs, ou aux femmes. »

Les 3.6 milliards sont bien actés, il faut simplement que les autorités soient certaines de l’établissement qu’ils veulent. Et surtout, « continuer à faire des travaux afin de faire en sorte que ce bâtiment qui n’a que quarante ans, puisse continuer à servir. »

Trouvant Nuutania indigne, Jean-Jacques Urvoas s’est déclaré admiratif envers les détenus qui prenaient très soin de l’endroit où ils vivaient, et le personnel d’un dévouement « absolument remarquable. », relevant, « C’est une alchimie que je n’ai retrouvé nulle part ailleurs. »

Et pourtant, c’est la 36e prison que le garde des Sceaux visite, et selon ses dires, « Je n’ai jamais vu cette particularité d’environnement dégradé et de climat apaisé, et je remercie pour cela le personnel, mais aussi les détenus. »
 

Rédaction Web avec Thomas Chabrol

infos coronavirus