fbpx
lundi 24 février 2020
A VOIR

|

23ème salon du tourisme : encore un succès !

Publié le

La 23ème édition du salon du tourisme vient de fermer ses portes place Mamao. Pendant trois jours, plus de 19 000 personnes ont visité les 275 stands, soit 3 000 de plus rapport au salon de septembre dernier.

Publié le 08/09/2019 à 18:25 - Mise à jour le 10/09/2019 à 9:35
Lecture 3 minutes

La 23ème édition du salon du tourisme vient de fermer ses portes place Mamao. Pendant trois jours, plus de 19 000 personnes ont visité les 275 stands, soit 3 000 de plus rapport au salon de septembre dernier.

C’était un salon exceptionnel pour Air Tahiti, partenaire historique, qui a anticipé son absence à l’édition de février pour des raisons techniques. Ses promotions de voyages : l’une de septembre à décembre 2019 et l’autre de janvier à avril 2020 semblent avoir séduites les visiteurs. Il est cependant encore difficile de faire un bilan car les clients disposent après le salon de deux mois pour payer les billets.

Air Tahiti émet 3 000 à 3 500 billets à chaque salon. (Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

Mais son absence au prochain salon inquiète cependant toujours les exposants, notamment ceux des Marquises, des Australes et des Tuamotu-Gambier, tributaires de la compagnie aérienne. Ils s’interrogent encore sur leur participation à la prochaine édition : est-ce que cela vaut vraiment la peine de venir en février ? Les réponses sont mitigées. “Oui pour continuer la promotion, non parce que ça va nous coûter cher parce qu’Air Tahiti ne sera pas là et donc on ne sait pas si on va pouvoir remplir la pension” nous dit Bianca Urarii, présidente du comité de tourisme des Gambier. “On va quand même se déplacer au prochain salon parce que c’est pour voir la population, les locaux, et montrer que l’île de Ua Huka est là” dit de son côté Heirani Taiaapu, gérante d’une pension de famille à Ua Huka. “Pour ce salon de septembre, on vend déjà des séjours jusqu’à la deuxième période que nous propose Air Tahiti. Puisqu’Air Tahiti ne sera pas présent au prochain salon, je pense que je ne serai pas présente” admet Félicienne Heitaa, gérante d’une pension de famille à Hiva Oa.

(Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

“Est-ce qu’Air Tahiti va mettre quelque chose en place après avril ? C’est ça, notre question. S’ils s’arrêtent pour de bon au mois d’avril, qu’est-ce qu’on va faire nous ? Comment les clients vont venir dans les îles ?” s’inquiète Eleonore White, gérante d’une pension de famille à Raivavae. “C’est peut-être par rapport aux vols je pense que ça inquiète. Mais pour nous, Air Tahiti a fait beaucoup d’efforts aussi quand même” concède Mathilde Tetua, gérante d’une pension de famille à Rangiroa.

(Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

Pour motiver les exposants, les organisateurs prévoient un salon du tourisme spécial, moins commercial mais très animé où tous les archipels de Polynésie seront valorisés. Et les idées fusent : “Dans le village marquisien, on y trouvera les Marquisiens qui feraient par exemple, leurs préparations artisanales, du tapa en live… On ne parlera plus de stands, mais de village. Ce n’est que m’on avis” confie Melinda Bodin, présidente de l’association du tourisme authentique de Polynésie française.

Les organisateurs pourront toujours compter sur les prestataires de Tahiti, Moorea et Tetiaroa. C’est en effet pour eux que Tahiti Tourisme a maintenu le salon de février 2020. Ils représentent 45% des exposants.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

L’audiovisuel, un secteur qui séduit les jeunes

Ils sont graphistes, cadreurs, réalisateurs ou beatmakers. Avec la généralisation des smartphones et du numérique, les métiers de l’audiovisuel attirent de plus en plus de jeunes. Faute d’école spécialisée au fenua, ils sont nombreux à se former sur le tas. Comment font-ils pour s’en sortir et se faire une place sur un marché restreint ? Eléments de réponse.

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV

X