samedi 17 avril 2021
A VOIR

|

2015, année de hausse pour l’emploi

Publié le

Publié le 29/12/2016 à 15:37 - Mise à jour le 29/12/2016 à 15:37
Lecture < 1 min.

En 2015, les effectifs salariés annuels moyens déclarés à la Caisse de Prévoyance Sociale (CPS) ont augmenté de 300 emplois (+ 0,5 %). Cette progression de l’emploi est la première depuis l’année 2007 (68 500 emplois en moyenne), 60 900 emplois salariés étaient déclarés en moyenne en 2015.

Sur un an, l’effectif moyen en équivalent temps plein s’accroît de 0,7 % par rapport à 2014. La masse salariale progresse de 2,2 % et le salaire moyen brut croît de 1,4 % à 325 200 Fcfp.

En 2015, les demandes et les offres d’emploi diminuent par rapport à 2014. Seules les offres et demandes d’emploi des diplômés du supérieur sont en hausse.

Cette hausse de l’emploi en 2015 concerne principalement  le secteur marchand et la construction. L’emploi salarié dans le secteur tertiaire marchand croît de 1,6 % en 2015. Les effectifs du commerce (15 % des salariés de Polynésie française) progressent de 1,0 %. Le nombre d’emplois dans le commerce automobile (- 2,5 %) diminue pour la neuvième année consécutive.
A l’inverse, il progresse dans les commerces de gros (+ 1,9 %) et de détail (+ 1,1 %). Les salariés des hypermarchés sont de plus en plus nombreux (+ 11 %) au détriment des commerces généralistes plus petits (- 4 %) et représentent désormais 28 % des emplois du secteur du commerce de détail à prédominance alimentaire.

Retrouvez la publication complète de l’ISPF en cliquant ICI

infos coronavirus

Nouvelle-Zélande : essai d’une application pour détecter le virus avant les symptômes

L'application, appelée "elarm", se connecte aux montres connectées ou aux appareils mobiles qui mesurent les performances sportives et utilise l'intelligence artificielle pour...

Retour sur une année de Covid en Polynésie

L’année dernière à la même période, la Polynésie était confinée. Un mauvais souvenir marquant le début d’une crise sanitaire et économique due à la Covid-19. Des premiers cas au compte-gouttes, puis la flambée, jusqu’au contrôle de l’épidémie depuis fin décembre, le Dr Henri-Pierre Mallet revient avec nous sur cette année difficile.