fbpx
mercredi 19 février 2020
A VOIR

|

1er mai : plusieurs syndicats refusent de rencontrer le gouvernement sans Edouard Fritch

Publié le

Publié le 30/04/2016 à 11:56 - Mise à jour le 30/04/2016 à 11:56
Lecture 3 minutes

Ce dimanche 1er mai, les syndicats polynésiens ont célébrés la fête du travail. Dépôts de gerbes mais aussi rencontre avec le gouvernement étaient au programme de cette journée.
“Aujourd’hui c’est la fête des travailleurs. En mémoire de ceux qui ont beaucoup oeuvrés pour que les droits des travailleurs puissent être reconnus. Il y en a qui sont morts pour qu’on reconnaissent que la journée de travail ce n’est pas 24 heures mais 8 heures”, explique au micro de Tahiti Nui Télévision Patrick Galenon leader de CSTP/FO. 

Mais seuls l’UNSA Polynésie et A Ti’a I Mua ont accepté la rencontre avec le gouvernement. Les autres syndicats souhaitaient avant tout s’entretenir avec le président Edouard Fritch. Mais ce dernier est actuellement en Nouvelle-Zélande. “Monsieur Edouard Fritch nous a invité, mais il n’est pas là”, lance Patrick Galenon.
“Le président ne peut pas être présent tout le temps (…) Il est évidemment, en tant que président, appelé à d’autres événements tout aussi importants, avec peut-être d’autres enjeux pour la Polynésie française”, a souligné de son côté Tea Frogier, ministre du Travail. 

La fête du travail se déroule cette année dans un contexte particulier : La CSTP-FO, O Oe to oe rima, Otahi et CSIP menacent de déposer 11 000 préavis de grève à partir de lundi. Ils contestent les mesures prises pour la réforme de la Protection sociale généralisée (PSG). “Nous travaillons sur cette réforme nous déjà depuis plus de 5 ans. Nous avons rencontré les différents gouvernements, nous avons travaillé avec monsieur Tapeta lorsqu’il était président de la CPS et nous avons donc des centaines de propositions. Les propositions que nous avons c’est en fait de chercher des économies. Nous pouvons trouver des économies. Malheureusement (…) on ne veut pas chercher les vraies économies là où elles sont, on préfère aller les chercher dans les poches des plus démunis et ça on ne peut pas accepter. Les propositions que nous avons faites n’ont pas été étudiées. Depuis un mois nous avions des réunions avec le gouvernement. Au départ il y avait le gouvernement au complet et depuis une ou deux semaines, on se retrouve devant madame la ministre Tea Frogier qui visiblement ne connait pas très bien le dossier. On a bien compris qu’ils ne veulent pas travailler avec nous” , explique Patrick Galenon au micro de Tahiti Nui Télévision. Poser ces préavis est donc un moyen de pression pour les syndicats. “Aujourd’hui évidemment nous sommes toujours prêts à rencontrer le gouvernement. Mais le fait de déposer des préavis de grève obligera chaque parti à négocier et peut-être qu’à ce moment-là nous négocieront vraiment”.

Du côté du gouvernement, Tea Frogier estime que “nous avons démontré toute notre volonté de pouvoir continuer à discuter”. Rien n’a encore été arrêté concernant la réforme de la PSG. Les discussions sont toujours en cours. “Nous sommes toujours dans la discussion, assure la ministre du Travail. Moi j’attendais qu’il y ait des propositions claires qui soient exprimées. Y compris en disant, “il n’est pas question de passer à 62 ans, on reste à 60 ans.” Mais à ce moment-là il faut analyser derrière en terme de viabilité du système. Tout est dans la discussion. En ce qui me concerne je prends note de leur positionnement. Après, on verra bien.”

Rédaction Web (Interviews : Esther Parau Cordette)

Patrick Galenon, CSTP FO

Tea Frogier, ministre de la Solidarité et du Travail

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

L’audiovisuel, un secteur qui séduit les jeunes

Ils sont graphistes, cadreurs, réalisateurs ou beatmakers. Avec la généralisation des smartphones et du numérique, les métiers de l’audiovisuel attirent de plus en plus de jeunes. Faute d’école spécialisée au fenua, ils sont nombreux à se former sur le tas. Comment font-ils pour s’en sortir et se faire une place sur un marché restreint ? Eléments de réponse.

Le paiement sans contact bientôt généralisé en Polynésie

Jusqu’à aujourd’hui, seule la Banque de Tahiti avait équipé son parc du système de paiement sans contact. D’ici la fin de l’année, l’ensemble des Polynésiens y auront accès. Les techniciens de l’OSB font le tour des commerçants pour installer cette nouvelle fonction. Une opération de grande ampleur puisque le reste du parc compte près de 2 700 terminaux de paiement électronique.

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV

X