jeudi 6 août 2020
A VOIR

|

14-juillet : des Polynésiens participeront au défilé à Paris

Publié le

Deux Polynésiens originaires de Tahaa et Bora Bora, Vincent Mate et Ryan Teurafaatiarau vont défiler le 14 juillet devant le Président de la République place de la Concorde à Paris. Ces deux jeunes issus du RSMA, régiment du service militaire adapté, étendront avec des dizaines d’autres jeunes issus des régiments d’Outre-Mer le drapeau français en clôture du défilé.

Publié le 09/07/2020 à 12:13 - Mise à jour le 14/07/2020 à 10:27
Lecture 2 minutes

Deux Polynésiens originaires de Tahaa et Bora Bora, Vincent Mate et Ryan Teurafaatiarau vont défiler le 14 juillet devant le Président de la République place de la Concorde à Paris. Ces deux jeunes issus du RSMA, régiment du service militaire adapté, étendront avec des dizaines d’autres jeunes issus des régiments d’Outre-Mer le drapeau français en clôture du défilé.

Pour sa première rencontre officielle, Sébastien Lecornu a joué à domicile puisque le petit déjeuner se tenait dans les salons du ministère. Mais surtout, le jeune ministre de 34 ans a tout de suite rappelé qu’il était lui aussi militaire en tant que gendarme de réserve : « en tant que ministre des Outre-mer, je m’engage à ce qu’il y ai toujours les moyens pour poursuivre l’aventure à l’avenir, mais il ne faut pas se raconter d’histoire : l’enjeu c’est le recrutement, l’enjeu c’est donner envie et ça pour le coup, ce n’est pas le ministre des Outre-mer seul qui peut le faire : c’est une aventure collective. »

Une bonne nouvelle pour le service militaire adapté qui est sous sa tutelle et dont 2000 personnels ont été mobilisés pour lutter contre la propagation du coronavirus dans les territoires. « C’était une mission logistique avec du transport, du stockage et de la distribution en sécurité, de masques, de gels, de denrées alimentaires. La deuxième mission était d’offrir des capacités d’hébergement, notamment des centres de quatorzaine. Et la dernière mission que nos jeunes ont réalisée était des missions d’aide à l’information, d’appui à l’information, pour communiquer sur les bonnes pratiques, les gestes barrières, y compris dans les zones les plus reculées de chacun des territoires », explique le général Thierry Laval, commandant du Service militaire adapté.

Des dizaines de jeunes venus des 7 territoires ultramarins vont se préparer à parader devant le Président de la République… Parmi eux deux polynésiens actuellement en formation dans l’hexagone : « c’est un honneur de participer au défilé du 14-juillet en France », « c’est une première pour nous, on vient de loin », « c’est pour représenter la Polynésie », déclarent, fiers, Vincent Mate et Ryan Teurafaatuarau, soldats du RSMA de Polynésie française.

Avant de rentrer dès samedi dans le vif des répétitions, les jeunes vont visiter le musée des armées aux Invalides et le Quai Branly ce vendredi…

Crédit Tahiti Nui télévision
REPORTAGEEric Dupuy

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV