lundi 25 mai 2020
A VOIR

|

13 verbalisations pour la première nuit du couvre-feu

Publié le

Le bilan de la première nuit du couvre-feu en Polynésie française, vendredi 27 mars.

Publié le 28/03/2020 à 17:53 - Mise à jour le 28/03/2020 à 17:53
Lecture < 1 min.

Le bilan de la première nuit du couvre-feu en Polynésie française, vendredi 27 mars.

L’État et le Pays ont décidé de la mise en place d’un couvre-feu général en Polynésie française qui a pris effet vendredi 27 mars à 20 heures.

Ce couvre-feu interdit toutes circulations et tous déplacements dans l’espace public, de 20 heures à 5 heures, tous les jours, sur l’ensemble des îles de la Polynésie française.

[ CORONAVIRUS ]État d’urgence sanitaire et mise en place d’un couvre-feu en Polynésie françaiseFace à l’ampleur de la…

Posted by Haut-commissariat de la République en Polynésie française on Friday, March 27, 2020

Les gendarmes, les policiers nationaux et municipaux se sont mobilisés toute la nuit pour contrôler les usagers et vérifier leurs attestations indiquant leurs motifs de déplacement.

Lire aussi : Un confinement et un couvre-feu bien respectés à Moorea

Pour la mise en place de cette nouvelle mesure de restriction, les forces de l’ordre ont privilégié la pédagogie pour bien expliquer les modalités de ce couvre-feu.

Le bilan de la première nuit de ce couvre-feu :
– 224 contrôles effectués sur toute la Polynésie française
– 13 verbalisations.

Cette première nuit de couvre-feu a été très calme avec une diminution significative de la circulation sur tout le territoire. Aucune ivresse publique manifeste n’a été constatée. L’affluence autour des structures de santé et dans les quartiers de Tahiti a été très modérée.

La population polynésienne a bien pris conscience de la nécessité absolue de limiter ses déplacements pour protéger le fenua de la propagation du Covid-19 et cet effort doit être poursuivi.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Opération Résilience : l’A400M a quitté la Polynésie

Arrivé le 25 avril au fenua, l'A400M ATLAS est reparti dimanche 24 mai en direction de la métropole. L'avion était là dans le cadre de l’opération Résilience afin d’apporter un appui et un soutien aux services de l’État et du Pays pour faire face aux conséquences de la crise du Covid-19, mais également soutenir les Forces armées en Polynésie française (FAPF). dans leurs autres missions.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV