13 jeunes signent leur contrat dans la Marine

Publié le

Cérémonie émouvante mardi à la Base navale de Papeete. Pour la première fois, les contrats d’engagement dans la marine nationale sont signés avant le départ pour la métropole. 13 jeunes ont accompli cet acte en présence de leur famille.

Publié le 25/10/2023 à 13:40 - Mise à jour le 25/10/2023 à 15:44

Cérémonie émouvante mardi à la Base navale de Papeete. Pour la première fois, les contrats d’engagement dans la marine nationale sont signés avant le départ pour la métropole. 13 jeunes ont accompli cet acte en présence de leur famille.

Certains n’ont jamais mis les pieds sur un navire de guerre, et encore moins quitté la Polynésie. Et pourtant, ils apposent leur signature à côté de celle du commandant pour s’engager dans la Marine nationale. Une étape importante.

Poehere a « attendu depuis longtemps » ce moment. « Du coup, j’ai toutes les émotions qui remontent. Je suis très fière quand même. »

Raimana quant à lui n’a « jamais voyagé. Mes seules destinations, ça a toujours été Moorea et Tahiti et pour moi ça a toujours été une motivation de partir.« 

– PUBLICITE –

« Laissez-les partir » : c’est par ces quelques mots que le commandant rassure les parents partagés entre la fierté et la déchirure de voir leurs enfants partir pour des contrées inconnues.

« C’est vrai que c’est dur, c’est très dur, confie une maman. C’est mon cadet. J’ai 4 garçons et le voir partir dimanche ça me fait mal au cœur ».

Le capitaine de frégate Pierrick Bodin a vécu à peu de choses près la même cérémonie : « sauf que j’étais déjà dans mon école et sans mes parents. Je l’ai fait dans une grande salle avec l’autorité militaire et mes anciens qui me regardaient justement rentrer dans l’unité marine à l’époque.« 

Cette cérémonie de signature des premiers contrats d’engagement en Polynésie a été voulu il y a deux trois ans par les recruteurs pour montrer que la Marine nationale prend soin de ses jeunes.

« Non seulement, ils sont volontaires pour partir à l’étranger ou faire le tour du monde, ce sont des jeunes qui sont assez résistants comme on dit des aito, déclare Florent Rupert, chef du bureau de recrutement de la Marine nationale. Ils sont là pour nous montrer que partir de chez soi, c’est une bonne chose également. Partir à l’aventure quoi !

Billets d’avions, de trains, convocations… les 13 engagés disposent de tout ce qu’il faut pour rejoindre les écoles de la Marine nationale. Ils retrouveront sur place les 111 Polynésiens qui se sont engagés en métropole en début d’année.

Dernières news