fbpx
jeudi 27 février 2020
A VOIR

|

106 cas de dengue 2 depuis le début de l’année

Publié le

Publié le 24/06/2019 à 8:06 - Mise à jour le 21/10/2019 à 17:14
Lecture 3 minutes

Depuis le 10 avril 2019, Tahiti est en épidémie de dengue de type 2. Les communes touchées sont Mahina, Arue, Papeete, Pirae, Faa’a, Punaauia, Paea, Papenoo, Hitiaa, Tiarei, Papeari, Vairao et Taurira. Trois îles sont en phase d’alerte : Moorea (Papetoai), Bora-Bora (Vaitape et Faanui), Nuku-Hiva (Taiohae).

Dans son dernier bulletin de veille sanitaire, la direction de la Santé fait état de 104 cas autochtones et 2 cas importés de dengue 2, ainsi que de 222 cas de dengue 1 et 60 cas de dengue non typée, depuis la semaine 6 (du 4 au 10 février).

La dengue de type 2 n’ayant pas circulé dans le Pays depuis l’an 2000, la population est faiblement immunisée et l’épidémie pourra être de grande ampleur. Les personnes de moins de 20 ans ou arrivées en Polynésie française après 2000 sont les plus à risque d’être infectées.

Au-delà des actions de lutte anti-vectorielle mises en œuvre par la Direction de la santé (Centre d’hygiène et de salubrité publique) avec la collaboration des communes, chacun peut être acteur pour limiter l’ampleur de cette épidémie par les actions suivantes :

1) Pour ne pas être infecté : éliminez chaque semaine les gîtes larvaires autour de votre domicile et de votre lieu de travail et protégez-vous des piqûres de moustiques (répulsifs, moustiquaire, diffuseurs…).

2) Si vous avez de la fièvre supérieure à 38°C, consultez un médecin. Ceci est d’autant plus important si vous venez de Tahiti et vous rendez dans une autre île de Polynésie française, non touchée par ce virus. 

3) Si vous avez la dengue : protégez-vous des piqûres de moustiques pendant 10 jours et limitez vos déplacements, pour ne pas contaminer d’autres zones géographiques.

Concernant l’activité grippale, le nombre de syndromes grippaux est stable par rapport à la quinzaine précédente ; 35 cas (15 en semaine 23 et 20 en semaine 24) ont été déclarés par les médecins sentinelles. Sur les cinq prélèvements positifs cette quinzaine, tous ont été hospitalisés : 3 cas en semaine 23 ( 2 grippe B et 1 grippe A) et 2 cas en semaine 24( 1 grippe B et 1 grippe A).

Aussi, les cas de leptospirose sont en augmentation. Quatorze cas de leptospirose ont été déclarés durant cette quinzaine : cinq cas en semaine 23 et neuf en semaine 24. Dix cas ont pu être investigués : les facteurs de risque identifiés sont le jardinage/fa’a’apu, l’élevage de porcs et le captage d’eau en rivière.

Pour la diarrhée, le nombre de cas déclarés s’élevait à 75 (32 cas en semaine 23 et 43 cas en semaine 24) dont 39% d’enfants de moins de 4 ans. L’activité est stable dans le réseau sentinelle par rapport à la quinzaine précédente.

Comme on vous l’indiquait le 13 juin dernier, une dizaine de personnes ont contracté la salmonellose à Huahine. En effet, une TIAC (toxi-infection alimentaire collective) a été déclarée à Huahine touchant 25 personnes, dont 6 hospitalisées (3 enfants et 3 adultes). Les 10 coprologies réalisées ont identifié une salmonelle, dont 7 Salmonella enteritidis (3 non typées). 

En semaine 23, un cas de méningite à éosinophile a été déclaré à Moorea.

Le bulletin de veille sanitaire :

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

L’audiovisuel, un secteur qui séduit les jeunes

Ils sont graphistes, cadreurs, réalisateurs ou beatmakers. Avec la généralisation des smartphones et du numérique, les métiers de l’audiovisuel attirent de plus en plus de jeunes. Faute d’école spécialisée au fenua, ils sont nombreux à se former sur le tas. Comment font-ils pour s’en sortir et se faire une place sur un marché restreint ? Eléments de réponse.

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Réunion du comité directeur du Fonds Pacifique

Le Président de la Polynésie française, Edouard Fritch, et le ministre de la Culture et de l’environnement, Heremoana Maamaatuaiahutapu, ont participé, mardi, à la réunion du comité directeur du Fonds Pacifique, présidée cette année par la Polynésie.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV

X