samedi 6 juin 2020
A VOIR

|

​Makatea : une expérience sportive, environnementale et sociale

Publié le

AVENTURE – Concilier le sport, l’environnement et l’action sociale : c’est toute l’originalité de Maewan, une organisation à but non lucratif qui coorganise cette semaine le premier grand rendez-vous d’éco-tourisme et d’escalade à Makatea.

Publié le 27/06/2019 à 11:15 - Mise à jour le 28/06/2019 à 11:01
Lecture 2 minutes

AVENTURE – Concilier le sport, l’environnement et l’action sociale : c’est toute l’originalité de Maewan, une organisation à but non lucratif qui coorganise cette semaine le premier grand rendez-vous d’éco-tourisme et d’escalade à Makatea.

Rassembler près de 200 amateurs d’escalade et de randonnées à Makatea, une île isolée surtout connue pour son triste passé industriel, c’était un pari osé. Un jeune homme de l’île, Heitapu Mai, l’a relevé, avec la société Acropol, venue poser les voies pendant près d’un mois. Mais aussi avec Maewan, codirigée par un couple sportif et humaniste, Erwan Le Lann et Marion Courtois. 

Maewan n’en est pas à son coup d’essai : à bord d’un voilier, le couple sillonne le monde en compagnie de scientifiques et de vidéastes… mais aussi de champions du monde de disciplines extrêmes. 

« Ca peut être de l’alpinisme au Groenland, du ski au Kamchatka, une étude sur la façon de pêcher en Polynésie… » explique Erwan Le Lann, qui prépare déjà une autre expédition : du kitesurf sur un océan de plastique, près de Pitcairn, pour sensibiliser à la pollution maritime. 

Mais pour changer le monde, il faut aussi agir au plan local. La compagne d’Erwan, Marion Courtois, vient de l’humanitaire. Cette semaine à Makatea, elle organise des rencontres entre des champions du monde d’escalade et les onze enfants de l’école. 
« Je trouve ça intéressant de leur proposer ce type de modèles : on sort du format classique de la classe pour leur permettre de se projeter vers leur avenir. Grâce à ces sportifs, on va parler de dépassement de soi, de partage, parfois aussi d’échecs et de comment rebondir après un échec ». Les sports au contact de la nature, comme l’escalade, permettent aussi de réfléchir à son environnement. 

Les falaises de Makatea offrent des voies d’escalades de tous les niveaux, des débutants jusqu’aux experts – Photo : Mike Leyral

Les falaises de Makatea offrent des voies d’escalades de tous les niveaux, des débutants jusqu’aux experts – Photo : Mike LeyralMême à Makatea, tous ne croient pas à la pérennité de l’éco-tourisme, à cause de l’isolement d’une île sans piste. « Je pense que c’est un extraordinaire atout : c’est comme ça que Makatea est préservée aujourd’hui » réagit Erwan Le Lann. « On a fait venir 200 personnes, mais c’est quelque chose qu’on veut garder unique. Pouvoir réguler, parce que l’approche est un peu difficile, ça va permettre aux habitants de Makatea de s’adapter en fonction du nombre de personnes qu’ils peuvent recueillir avec les personnes qu’il y a sur l’île »

Les champions d’escalade, de leur côté, confient que les grimpeurs sont toujours en quête de nouveaux rochers. Et que les falaises de Makatea sont un régal. Elles sont peut-être l’avenir des onze enfants de l’île, qui ont déjà commencé à grimper. 

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Vague de fraîcheur en Polynésie

La fraîcheur est de retour. Une vague de "froid" due à une dépression balaie en ce moment le fenua. Et ce phénomène ne devrait pas être le dernier. La Polynésie est entrée en saison fraîche.

Village Tahitien : un complexe de salles de spectacles...

Sous l’égide du Président de la Polynésie française, Edouard Fritch, l’établissement Grands Projets de Polynésie réunit le jury du futur "Complexe de salles de spectacles et Centre de Congrès" les 4 et 5 juin, dans le salon d’honneur de la Présidence de la Polynésie française, pour assister à la présentation des projets architecturaux et d’aménagement, proposés par les 4 cabinets d’architecture et de maîtrise d’œuvre.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV