samedi 11 juillet 2020
A VOIR

|

​Le Vice-président Teva Rohfritsch aux Assises de l’Economie de la mer

Publié le

Publié le 22/11/2017 à 11:24 - Mise à jour le 22/11/2017 à 11:24
Lecture 2 minutes

Avec plus de 1 500 participants en 2016, les Assises de l’économie de la mer ont confirmé leur statut de principal rendez-vous annuel de la communauté maritime française. Cette année, c’est la ville du Havre qui a accueilli les Assises les 21 et 22 novembre, où plus de 1 800 acteurs du monde de l’économie bleue ont pu échanger sur des problématiques propres au secteur.
 
Parmi les intervenants, le Premier ministre Edouard Philippe, le président de l’Assemblée nationale François De Rugy, le ministre d’état, ministre de la Transition écologique et solidaire Nicolas Hulot, le chef d’état-major de la Marine, l’amiral Christophe Prazuck, le président du cluster maritime français Frédéric Moncany de Saint-Aignan comptent parmi les personnalités qui ont participé à ces Assises et y ont exposé une vision claire du secteur maritime français.
 
La Polynésie française a été représentée à l’occasion de ces Assises avec la participation du Vice-président Teva Rohfritsch, le président du CESC Winiki Sage, le président du MEDEF Polynésie Olivier Kressmann ainsi que le président du Cluster Maritime de Polynésie française Gérard Siu.
 
Pendant ces deux jours de conférences et de débats, plus de 60 intervenants ont échangé leurs idées devant les décideurs de la filière. Des atouts portuaires français au succès du nautisme ou de la croisière, en passant par les énergies renouvelables, la Défense, le tourisme et le Brexit, les sujets ont été nombreux, riches et variés, et ont couvert l’ensemble du secteur.
 
Teva Rohfritsch a pu s’entretenir avec le Pôle Mer Méditerranée et le Pôle Mer Bretagne Atlantique afin d’évoquer les formations liées aux métiers de la mer,  d’échanger sur le développement de nos filières de pêche et d’aquaculture ainsi que sur les particularités maritimes de la Polynésie française.
 
Deux projets d’hydroliennes programmées prochainement pour les atolls des Tuamotu ainsi qu’un drone maritime inspiré des  va’a ont particulièrement retenus l’attention du Vice-président.
 
Le maire du Havre, Luc Lemonnier, a pu évoquer avec Teva Rohfritsch les points de convergence de sa ville avec la Polynésie française en matière d’économie maritime et d’aménagement urbain et portuaire, ceci d’autant plus que la plupart des marchandises atteignant la Polynésie par bateau partent du Havre. Le Chef d’état-major de la Marine, Christophe Prazuck, a quant à lui rappelé les missions et l’action de l’Etat en mer, notamment concernant les navires de la flotte basés en Polynésie française.
 
Ces Assises de l’économie maritime du Havre ont été l’occasion de réaffirmer la place stratégique de la Polynésie française dans l’ensemble français et sa volonté de s’ouvrir à toutes les perspectives qui créeront la croissance et le développement des emplois dans un « futur bleu ».

(communiqué de presse)

 
 

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV