mercredi 5 mai 2021
A VOIR

|

​Le premier Centre de coordination des moyens de secours voit le jour en Polynésie

Publié le

Publié le 20/09/2016 à 14:48 - Mise à jour le 20/09/2016 à 14:48
Lecture 2 minutes

JRCC signifie « Joint Rescue Coordination Center » autrement dit Centre de coordination des moyens de secours. Il réunit donc les fonctions qui étaient jusqu’à aujourd’hui assurées par le MRCC (Maritime Rescue Coordination Center) et l’ARCC (Aeronautical Rescue Coordination Center) du service d’Etat de l’aviation civile en Polynésie française. « Aujourd’hui avec le JRCC on récupère la mission de la coordination de la recherche et du sauvetage aéronautique, c’est-à-dire les avions ou les hélicoptères qui seraient en détresse dans la zone de responsabilité (….) Les moyens sont quasiment les mêmes que pour les opérations maritimes. (…) On dispose des mêmes outils, la même efficacité, les mêmes compétences pour rechercher », explique Clément Jacquemin directeur du MRCC.

Les missions du JRCC sont : la veille des canaux de détresse maritime et coordination des opérations de recherche et sauvetage en mer ; l’élaboration et diffusion des renseignements sur la sécurité et la sûreté maritimes ; la coordination du recueil des informations sur les pollutions maritimes ; la surveillance de la navigation; la coordination, au sein du Centre maritime commun, des opérations de surveillance des pêches.

L’idée portée par cette réforme est de valoriser et de renforcer les synergies qui existaient déjà lorsqu’il était nécessaire d’organiser des recherches et des secours en mer ou dans les airs. En effet, le MRCC et le service d’Etat de l’aviation civile mobilisent les mêmes moyens d’interventions et sont compétents sur les mêmes zones maritimes ou aériennes.

Auparavant, la phase de recherche d’un aéronef relevait de la responsabilité de l’ARCC, puis, si il était localisé en mer, la phase de sauvetage relevait de la responsabilité du MRCC. Dorénavant, avec le JRCC, ces deux phases – recherche et sauvetage – relèvent du même centre de coordination, on évite ainsi le risque de rupture dans le suivi de la situation de crise.

Le JRCC Tahiti,  joignable en composant le 16, bénéficie désormais des savoir-faire des deux entités qu’étaient l’ARCC et le MRCC, chacun expert dans leurs domaines respectifs, permettant ainsi d’offrir aux polynésiens et à tous les usagers (aériens et maritimes) un centre opérationnel unique, efficace et polyvalent encore plus réactif du fait de cette nouvelle synergie.

Rédaction web avec communiqué de presse (Interview : Esther Parau-Cordette)

 

 
 

Clément Jacquemin directeur du MRCC

infos coronavirus