mardi 11 août 2020
A VOIR

|

​La Spres en liquidation judiciaire

Publié le

Publié le 13/03/2017 à 15:30 - Mise à jour le 13/03/2017 à 15:30
Lecture < 1 min.

La société polynésienne, d’études et de services (Spres) a été placée en liquidation judiciaire, comme l’ont annoncé nos confrères de Tahiti Infos.

La Spres n’a pas réussi à honorer son plan de continuation qui avait été mis en place depuis son placement en redressement judiciaire en  septembre 2014. Néanmoins, lundi, le tribunal de commerce a accepté, malgré la mise en liquidation, un maintien de l’activité pour une durée d’un mois, renouvelable. Ce sursis évite aux 120 salariés de se retrouver sans emploi dès aujourd’hui et pourrait permettre à d’éventuels repreneurs de se manifester et soumettre au liquidateur une offre précise avec, peut-être, la sauvegarde des emplois.

Une hypothèse très aléatoire. Si rien ne bouge durant cet ultime sursis, les actifs de la société seront mis aux enchères et les contrats de travail des employés interrompus.

Dans l’entourage de la Spres on explique cette situation économique par la baisse de la commande publique depuis 2011 et le chiffre d’affaire qui s’était alors effondré alors que les charges, notamment salariales, ne baissaient pas.
La société avait été présidée par Bruno Marty jusqu’en 2013, remplacé ensuite par Jacky Camalon lorsque Marty était devenu ministre de Flosse.

 

Bertrand Parent

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Covid-19 : la fédération polynésienne de rugby suspend les...

La fédération polynésienne de rugby annonce ce dimanche la suspension des entraînements et des compétitions sur deux semaines. Des mesures prises "par...

Australie : une baleine et son petit au milieu...

https://www.instagram.com/p/CDa5fOPluLQ/?utm_source=ig_web_copy_link La vidéo a été publiée lundi sur le réseau social Instagram et est devenue virale. Son auteur...

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV