jeudi 3 décembre 2020
A VOIR

|

Visite du centre hospitalier de Polynésie française

Publié le

La ministre des Outre-mer Annick Girardin a visité ce jeudi matin les installations du centre hospitalier de la Polynésie française où elle a été accueillie par le ministre de la Santé Jacques Raynal, Isabelle Sachet, ministre de la Famille et des solidarités et par Claude Panero, directrice du centre.

Publié le 06/02/2020 à 10:44 - Mise à jour le 06/02/2020 à 11:07
Lecture 3 minutes

La ministre des Outre-mer Annick Girardin a visité ce jeudi matin les installations du centre hospitalier de la Polynésie française où elle a été accueillie par le ministre de la Santé Jacques Raynal, Isabelle Sachet, ministre de la Famille et des solidarités et par Claude Panero, directrice du centre.

La visite a débuté par une présentation de l’activité et du fonctionnement du centre hospitalier.

La ministre a ensuite pu visiter les futurs locaux des maisons d’accueil des mineurs victimes et des femmes qui ouvrira très prochainement au public. Cette opération est le fruit d’un partenariat entre l’État, le Pays et les associations (centre d’information des droits des femmes et l’association polyvalente d’action socio-judiciaire – APAJ) dont l’objectif est d’offrir un d’accueil et un soutien aux femmes et aux enfants victimes de violences intrafamiliales.

La ministre a également visité le service d’oncologie et notamment les installations dédiées à la radiothérapie.

L’accompagnement du Pays par l’État dans le traitement des cancers et le développement du service oncologie du CHPF répond à un engagement de l’Accord de l’Elysée.

L’État soutient financièrement les investissements du plan cancer polynésien qui vise à réduire la charge des évacuations sanitaires internationales et le poids des dépenses de santé tout en améliorant la qualité et la sécurité des soins des patients.

L’appui de l’État a également permis d’équiper les hôpitaux de Nuku Hiva, d’Uturoa et de Taravao en matériel d’examen et de traitement pour éviter aux patients des îles éloignées de se déplacer jusqu’à Tahiti pour réaliser leurs soins et ainsi réduire les coûts des transports sanitaires inter-îles.

infos coronavirus