samedi 15 mai 2021
A VOIR

|

Vidéos – Retraites : les avis partagés des élus après le retrait de l’examen du texte

Publié le

Publié le 11/03/2018 à 14:28 - Mise à jour le 11/03/2018 à 14:28
Lecture 2 minutes

Les avis sur ce dossier restent partagés. Côté majorité, Philip Schyle, qui s’est exprimé de manière solennelle en séance, regrette que le débat démocratique n’ait pas eu lieu : « je suis élu, je suis là parce que la population m’a mis là pour débattre, pour voter. J’ai été extrêmement frustré suite à ce coup de force auquel tout le monde a assisté, de n’avoir pas pu m’exprimer, et surtout pour corriger les nombreuses contre-vérités que j’ai entendues çà et là (…) Mon souhait, c’est que ce dossier soit examiné dans des conditions sereines, qu’on laisse les élus en discuter, en débattre. »

Philip Schyle, élu Tapura Huiraatira

Le Tahoeraa Huiraatira renvoie la responsabilité de la situation à l’exécutif actuel. « Quand un gouvernement se met en place, et celui-là s’est mis en place il y a quatre ans, il procède tout de suite aux réformes. Celui-là ne l’a pas fait. Il attend un mois avant les élections pour procéder aux réformes, en l’occurrence en matière de retraite. Ça ne se fait nulle part ailleurs », estime Sandra Levy-Agami qui dit avoir été « choquée » par les événements de jeudi. 

Sandra Levy-Agami, élue Tahoeraa Huiraatira

Du côté des indépendantistes, Anthony Geros pointe du doigt la question du conflit d’intérêts pour certains élus de Tarahoi, en droit de prétendre à la retraite. Une question qu’il a posée avant l’examen du texte de jeudi dernier et qui aujourd’hui, reste toujours sans réponse. « Avant l’examen du texte, j’avais demandé audience au président de l’assemblée pour lui signaler la problématique qui tourne autour de l’examen de ce texte puisque de nombreux membres de l’assemblée vont participer à la décision alors qu’eux-mêmes sont en situation de prétendre à l’ouverture de leur droit à la retraite dans les semaines, les mois qui viennent ». 

Anthony Geros, élu UPLD

Les élus de Tarahoi vont achever mardi cinq ans de mandature avec la dernière séance plénière et 11 textes à étudier.

Rédaction web 

infos coronavirus