samedi 15 août 2020
A VOIR

|

Vidéo – Toilettage du statut : Edouard Fritch ressort optimiste de son entretien avec la ministre des Outre-mer

Publié le

Publié le 22/01/2019 à 9:33 - Mise à jour le 22/01/2019 à 9:33
Lecture 2 minutes

Le président Edouard Fritch a été reçu, mercredi à Paris, par Annick Girardin, ministre des Outre-mer. Tandis que se profile la discussion au Sénat, le 13 février prochain, du projet de loi organique modifiant le statut de la Polynésie française, le Pays et l’Etat ont discuté des divers amendements et articles proposés par l’assemblée de la Polynésie française. Au terme de deux heures d’échanges, les convergences de vues ont été nombreuses.
 
« Ce fut une séance positive. La ministre a bien compris l’esprit de la démarche de la majorité actuelle visant à améliorer la loi organique », a déclaré le président de la Polynésie française au sortir de la réunion où il était accompagné de Gaston Tong Sang, président de l’assemblée de la Polynésie française, des députées Nicole Sanquer et Maina Sage ainsi que des sénateurs Lana Tetuanui et Nuihau Laurey.
 
Aux yeux de la délégation polynésienne, il était important qu’il y ait en premier lieu une reconnaissance du fait nucléaire. « L’actuel président de la République Monsieur Macron avait reconnu que l’accord de l’Elysée était un bon accord. Il restait à concrétiser. Et l’article 1er de cette loi organique vient concrétiser cet engagement de l’Etat. Nous continuons à discuter mais nous allons aboutir à un accord », s’est réjoui Edouard Fritch.
 
On s’achemine aussi vers un accord au sujet de la dette nucléaire. La Polynésie française avait exprimé le vœu de voir sanctuarisée la Dotation globale d’autonomie (DGA). « Nous avons eu l’assurance que, même si cela ne figurera pas dans la loi organique, le mécanisme budgétaire fera que cette dotation sera effectivement préservée et donc pratiquement intouchable. C’est ce que nous souhaitions », a précisé le président de l’exécutif polynésien.
 
Autre souhait : celui que l’autonomie soit pleinement reconnue. Le statut de la Polynésie française a été modifié en 2007 et 2011. Edouard Fritch considère que « pour des raisons politiques les moyens de l’assemblée ont alors été bridés ». Des amendements ont donc été présentés à la ministre des Outre-mer visant à moderniser ce statut. « Nous ne demandons pas de changements institutionnels, ni de compétences supplémentaires, ni de moyens financiers, nous voulons simplement que cette autonomie soit pleine, que nos élus et notre gouvernement puissent travailler dans de meilleures conditions », a martelé le président de la Polynésie française. « Et je puis vous dire que sur 70% des amendements nous avons déjà trouvé un accord, et nous allons encore y travailler. »
 
Edouard Fritch a tenu aussi à insister sur le fait qu’au niveau parlementaire, « il faut toujours travailler ». Dans ce contexte, le rôle des élus polynésiens au Sénat et à l’Assemblée nationale sera essentiel, à ses yeux, lors des discussions sur le projet de loi organique. Mais d’ores et déjà, « nous sommes très optimistes. Les réunions avec les groupes parlementaires hier l’ont confirmé », a-t-il confié.
 
Ce travail d’explication auprès des sénateurs va se poursuivre à l’Assemblée nationale auprès des députés. Ainsi, le président Edouard Fritch a déclaré qu’il reviendrait à Paris, tout spécialement pour cela, avec Gaston Tong Sang, début février.
 

D’après un communiqué

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV