samedi 6 mars 2021
A VOIR

|

Vidéo – Teura Iriti assure qu’il n’a jamais été question pour le Taho’era’a de se retirer au 2nd tour

Publié le

Publié le 24/04/2018 à 8:35 - Mise à jour le 15/06/2019 à 2:54
Lecture 2 minutes

Edouard Fritch était persuadé que le Taho’era’a et le Tavini feraient une alliance. Ça n’a finalement pas été le cas. Mais il y a bien eu une rencontre entre bleu et orange. « Cette rencontre entre nos leaders, c’est pour pouvoir tendre vers la mise en place du programme qui a été proposé à la population puisque vous savez bien, au niveau du Taho’era’a Huira’atira, c’est effectivement de développer l’économie de ce Pays par les grands projets, mais en aidant les tous petits. C’est là-dessus que nous voulons insister encore et encore », explique Teura Iriti, tête de liste dans la deuxième section des îles du Vent. 

Le Taho’era’a a déposé sa liste à quelques minutes de la fermeture du bureau mardi. Le parti orange a-t-il envisagé de se retirer au second tour ? C’était une des possibilités après l’échec d’une alliance avec le Tavini. Mais selon Teura Iriti, il n’en a jamais été question. « Imaginez vous le Taho’era’a Huira’atira ne pas déposer sa liste ? Ce sont de gros mensonges. Depuis quelques temps, il y a eu beaucoup de distribution mais aussi beaucoup de menaces et de mensonges. Ça suffit. Laissons aux Polynésiens la liberté de choisir l’équipe qui pourra porter ce qu’ils attendent aujourd’hui. » 

Et si le parti orange est élu, il n’envisage pas de travailler avec le Tavini, temps que le parti bleu continue « à camper sur son indépendance alors que l’ordre du jour aujourd’hui c’est de dire : comment allons nous faire pour donner du travail à cette population »

Teura Iriti attribue la seconde place du Taho’era’a au premier tour à leur « très peu de moyens. La majorité avait tous les moyens », estime-t-elle. Selon elle, la population a aussi certainement été mal informée du programme du Taho’era’a. 
L’inéligibilité de Gaston Flosse a-t-elle influencé les résultats ? « Laissons la justice faire son affaire. Regardons un peu ce qu’il a mené, ce que son parti a mené et aujourd’hui nous en bénéficions. Je fais appel à cette population pour vous dire : nous sommes là pour nous battre pour que demain ce pays puisse se développer, donner du travail à nos enfants. (…) Arrêtons d’avoir peur. » 

Rédaction web

infos coronavirus